×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    En dépit de la sécheresse : Stokvis compte sur la modernisation de l'agriculture

    Par L'Economiste | Edition N°:87 Le 08/07/1993 | Partager

    La société Stokvis Nord Afrique, après avoir appartenu pendant 16 ans au groupe Optorg et pour 4 mois au groupe ONA, devient indépendante. Elle centre actuellement son activité sur le secteur agricole en renforçant sa force de vente par l'assistance aux agriculteurs.

    L ONA a cédé ses parts dans Stokvis Nord Afrique. La société appartenait à 55% au groupe Optorg avant l'achat de ce dernier par le groupe ONA en janvier 1993.

    Le groupe Stokvis se compose de la Société Commerciale et de Distribution Stokvis, d'une filiale à l00So Stokvis de montage et d'intégration de matériel deux roues dénommée Mobylette - Maroc et d'une société de crédit à la consommation, Taslif, filiale à 90% du groupe.

    Lors de son retrait du groupe ONA, Stokvis a rétrocédé sa participation qu'elle détenait dans Tractafric depuis mars 1992. Cette société est concessionnaire de Caterpillar, un géant des matériels de travaux publics, détenant plus de 50% du marché mondial.

    Le capital de Stokvis, de 23,5 millions de DH est actuellement détenu à hauteur de 90% par des groupes privés marocains. Le reste est aux mains de divers porteurs dont le personnel et le réseau de distribution.

    "Un groupement de banques a soutenu l'opération", explique M. Mostafa Bencheh la, directeur général. Le montant d'appoint, selon l'expression de ce dernier, et le nom des banques n'ont pas été révélés.

    Les responsables marocains se disent actuellement prêts à suivre une stratégie adaptée au contexte national. "Notre appartenance au groupe Optorg aurait pu nous apporter un certain appui et une meilleure connaissance des marchés internationaux. Mais jusqu'à présent, nous n'avons jamais réellement intervenu sur ces marchés", explique un directeur.

    Stokvis, recentrant son activité sur le marché marocain, est en train de liquider sa filiale en Côte-d'Ivoire. Celle-ci, assurant les mêmes activités que Stokvis, est affectée par des problèmes similaires (baisse de la demande, augmentation des prix à l'import...)

    En 1992, le groupe Stokvis a réalisé un chiffre d'affaires de 232 millions de DH en baisse de 18% par rapport à 1991. En 1993, les responsables tablent sur une baisse de 25% de 1' activité. Celle-ci a été notamment affectée par la sécheresse, la baisse de la demande intérieure et la libéralisation du commerce extérieur.

    En effet, un des axes principaux de la société est son intervention dans le domaine agricole qui assure prés de 40% du chiffre d'affaires.

    Néanmoins, la stratégie de la société est de renforcer son intervention dans ce domaine. "Notre objectif est de participer de manière active à la modernisation de l'agriculture", précise M. Benchehla.

    Parallèlement au recentrage autour de la vente de matériel et des produits destinés à l'agriculture, la société proposera une assistance aux agriculteurs. Son réseau de 25 représentants sera renforcé afin de couvrir l'ensemble du territoire par des agences, des ateliers de services et de conseil aux agriculteurs.

    Par ailleurs, des stages de formation sont destinés au personnel du réseau. Dans le même ordre d'idées, des"techniciens Stokvis" assistent les différents représentants.

    Par ailleurs, le département agricole à Stokvis comporte une direction centrale, un service technique et une force de vente spécialisée. De même la société peut avoir recours à l'assistance technique de ses fournisseurs pour la résolution des problèmes spécifiques de sa clientèle agricole.

    Solutions intégrées

    "Le secteur agricole constitue un marché où il y a encore beaucoup à faire", explique M. Benchehla. n ajoute que 20 à 25% de la production agricole se perdent à cause d'une mauvaise organisation de la manutention, du transport et du stockage des récoltes.

    L'objectif que se propose de réaliser Stokvis, dans les trois prochaines années, est de présenter aux agriculteurs des solutions intégrées, allant des semences aux engrais en passant par le matériel et les produits phytosanitaires .

    La société est actuellement en train de compléter son portefeuille de marques afin de couvrir l'ensemble des besoins du secteur. Cependant, la mécanisation de I ' agriculture se heurte à la diversité des exploitations et à leur parcellisation.

    En effet, la superficie moyenne d'une exploitation agricole est de trois hectares environ. Pour chaque type de ferme, Stokvis se propose alors d ' importer le matériel et les techniques culturales adéquats en prospectant différents marchés de niveaux de développement différents.

    Stokvis a également deux autres axes de commercialisation, le chaud et le froid et les équipements domestiques destinés au grand public. Si le premier axe connaît depuis dix ans une expansion, le second demeure affecté par la contrebande et par la contraction actuelle de la demande.,

    C'est ainsi que Mobylette a connu une réduction de deux tiers de son activité de 1975 à aujourd'hui (C f L'Economiste du 21 janvier 1993).

    L. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc