×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

British Airways renonce à l'acquisition d'US Air

La compagnie britannique, devant acquérir pour 3,8 milliards de Francs 44% du capital du 6ème transporteur aérien américain, s'est détournée de son projet devant la réticence des autres compagnies installées aux U.S.A. Ce comportement aurait pu être autrement si Londres acceptait d'assouplir l'accord bilatéral limitant la concurrence américaine sur le territoire anglais.

Cette opération aurait permis à US Air de faire face à la perte réalisée et à British Airways de se hisser au 1er rang mondial des transporteurs aériens. Cette volonté de croissance n'est pas récente: le rachat de Dan Air, les prises de participation estimées à 49,9% dans la compagnie française TAT et à 25% dans l'australienne Quantas par la compagnie britannique en constituent une parfaite illustration.

"Jackson Family" distribue ses nouveaux produits via "Nelson"

"Jackson Family", société française récemment lancée dans le prêt-à-porter. décide de commercialiser ses premiers articles à partir du 1er trimestre 93. Elle se concentrera au début en Europe pour généraliser ensuite sa distribution successivement aux U.S.A, au Japon et dans le reste du monde.

Elle a signé un accord d'exclusivité mondiale avec la P.M.E. toulousaine "Nelson", chargée de lui vendre près de 14 millions de pièces au cours de cette année dont 4 millions en France

Contrainte de se réorganiser, "Nelson" augmente ses effectifs de 40 personnes, lesquels passeront à 240 dans les deux prochaines années. Les dirigeants envisagent par ailleurs le transfert du siège social et la création de nouvelles unités de production.

Les McDonald's se multiplient en Pologne

Le McDonald's de Katowice reçoit 35.000 clients dès son ouverture. Une affluence tout aussi massive peut apparaître au niveau des deux autres McDonald's situés à Varsovie. C'est ainsi que la chaîne américaine de restaurations, incitée à s'implanter davantage en Pologne, programme d'y installer six autres restaurants en 1993.

Les villes visées sont actuellement Cracovie, Gdansk et Pozna. Un investissement de 9 millions de Dollars viendra augmenter les 4,5 millions préexistant.

Moulinex en récession

Moulinex a enregistré au premier semestre 1992 une perte de 11 millions contre un bénéfice de 35 millions de Francs réalisé antérieurement. Ses actions ont par ailleurs perdu 50% de leur valeur depuis Janvier dernier. Ceci incita la société à reporter sa date de clôture d'exercice au 31 Mars 1993 pour tirer profit de la saison des ventes et rattraper ses pertes. Toutefois, le volume des ventes sera augmenté tandis que son chiffre d'affaires connaîtra une baisse suite à la dévaluation des monnaies: Lire, Livre et Peseta.

Une nouvelle gamme de produits cosmétiques pour Procter et Gamble

Procter et Gamble se lance dans une nouvelle ligne de produits cosmétiques, qui sera commercialisée à partir du printemps 1993 aux USA, au Japon et en Europe sous le nom de Max factor. Cette nouvelle gamme devrait se hisser au même rang que les produits de luxe: Estée Lauder et Chanel. Le groupe américain réalise l'essentiel de son chiffre d'affaires (29 milliards de Dollars) localement et espère avoir une plus grande ouverture sur l'extérieur par l'intermédiaire de Max Factor. Celui-ci, présent en Europe et au Japon, ne parvient plus, à lui seul, à contrecarrer la concurrence étrangère.

Ford face à la récession

Ford, un des leaders du marché automobile américain, n'est pas épargné par la récession qui s'empare de l'économie mondiale. Ses parts de marché sont tombées à moins de 19% en Novembre dernier, enregistrant ainsi une perte de 5 milliards de Francs. Pour contrecarrer la récession, le constructeur américain envisage la réduction de la production en 1993. Il commence par tailler dans les effectifs européens et s'engage à supprimer près de 1.200 emplois en Grande-Bretagne et 1.500 en Allemagne.

La lingerie française entre les mains américaines

Les américains Sara-Lee et VF-Corporation investissent dans la lingerie française pour conquérir de nouvelles parts de marché au détriment des Allemands ou des Japonais. Alors que le n° Un du secteur était présent sur le marché français via Dim ou Playtex, VF-Corporation a racheté dernièrement la lingerie de Suez (Gemna-Lou-Carina) à 154 millions de Dollars pour se hisser au deuxième rang mondial. Cette expansion débute à peine.


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc