×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:716 Le 02/03/2000 | Partager

· Coca-Cola va investir un milliard de Dollars en Afrique
Sur les trois prochaines années, le géant du soft drink, Coca-Cola, investira un milliard de Dollars en Afrique, a annoncé son vice-président, Donald Short, devant la Conférence économique du Marché Commun des Etats d'Afrique de l'Est et du Sud (COMESA), réunie au Caire.
L'investissement sera injecté dans «des usines de mise en bouteilles, dans des équipements frigorifiques et dans l'entraînement du personnel en Afrique», a indiqué M. Short dont les propos ont été rapportés mardi par le quotidien économique Al Alam Al-Youm.
«Cette somme viendrait s'ajouter aux 600.000 Dollars investis par la compagnie dans le continent au cours des cinq dernières années», a ajouté M. Short dans une allocution à l'ouverture de la conférence lundi.
«Le travail de près de 700.000 personnes à travers le continent africain dépend de manière directe ou indirecte de la distribution des produits de la compagnie», a-t-il ajouté.
Il a affirmé que la politique de développement du marché africain adoptée par la compagnie a permis «une hausse de 30% des ventes de Coca-Cola en Afrique durant les dernières années».
Coca-Cola a connu en 1999 une année désastreuse marquée par une stagnation des ventes et une baisse des prix des actions. Des produits de la compagnie avaient également été retirés de la vente dans quatre pays d'Europe après que des enfants belges ayant consommé du Coca-Cola fussent tombés malades et que des employés noirs de la firme aux Etats-Unis aient porté plainte pour discrimination raciale.

· Automobile: Production mondiale en hausse de 5,1%
La production de véhicules automobiles dans le monde en 1999 a progressé de 5,1% par rapport à 1998, pour atteindre 54,7 millions d'unités contre 52 millions l'année précédente, a annoncé l'Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles (OICA).
La production mondiale de voitures particulières a crû de 3,6% grâce au redressement en Asie-Océanie (+8,7%) et la hausse en Amérique du Nord (+5%), compensant les mauvais résultats en Amérique du Sud (-17%) et en Turquie (-7%). En Union Européenne, la croissance a été modérée (+1%).
De son côté, la production mondiale de véhicules utilitaires légers a augmenté de 11,6%. En revanche, la production mondiale de véhicules industriels a reculé de 5,4% en 1999, malgré la hausse de 15,3% en Amérique du Nord et la stabilité en Europe, insuffisants pour combler le recul de 16,2% en Asie-Océanie. Enfin, les exportations mondiales de véhicules automobiles ont augmenté de 2,1%, les exportations intra-européennes étant comprises.

· Proposition pour modifier la comptabilité des entreprises européennes
La Commission Européenne vient de proposer une modification de la comptabilité des entreprises avec l'introduction de la méthode de «juste valeur» plutôt que de «coût historique» pour les instruments financiers, a indiqué un porte-parole.
La «juste valeur» d'un instrument financier peut être assimilée à sa valeur actuelle sur le marché par opposition à son «coût historique» au moment de son acquisition initiale. Cette proposition, qui devra être approuvée en Conseil des Ministres de l'UE, laisserait le choix aux Etats membres de rendre cette modification obligatoire ou facultative.
Ces pays pourraient également réserver cette option à certaines catégories de sociétés (cotées en bourse, groupes).
Elle vise à «faciliter l'accès des sociétés européennes aux marchés internationaux des capitaux en se conformant plus facilement aux obligations en matière d'information financière», a précisé le porte-parole de la Commission. Elle permettrait également une concordance par rapport aux normes comptables internationales.
La nouvelle méthode ne concernerait pas les immobilisations incorporelles (constructions, installations, équipements) ni certains instruments financiers comme les titres d'emprunt à long terme. Mais elle serait particulièrement adaptée aux instruments financiers dérivés comme les contrats à terme, les options et les swaps, employés à des fins de gestion des risques.

(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc