×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:531 Le 17/06/1999 | Partager

· Le grand manitou de Coca-Cola sort de sa tanière
Douglas Ivester, le PDG du groupe Coca-Cola à Atlanta (Georgie), est finalement monté au créneau mercredi dernier. Il a certifié que son groupe avait pris toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de ses produits.
Jusque-là, la Direction de la multinationale d'Atlanta n'avait réagi que tardivement mardi dans un communiqué au ton très scientifique, expliquant que les problèmes avaient été identifiés et ne concernaient que le marché belge. Après la déclaration du PDG, le titre de la firme a gagné en clôture le 16 juin, 62 cents à 64,18 Dollars, après avoir perdu 1,06 Dollars à 63,75 Dollars la veille et 6% en une semaine. A noter que l'utilisation par l'usine belge d'Anvers d'un mauvais CO2 et la contamination de canettes fabriquées dans une autre usine française à Dunkerque par un fongicide a induit l'apparition de plusieurs cas d'intoxication en Belgique, au Luxembourg et en France. Les produits de la firme américaine ont été aussitôt saisis du commerce dans les trois pays en plus des Pay-Bas. De son côté, l'Espagne a également retiré des rayons plus de 60.000 canettes de Coca-Cola importées de Belgique.

· Les "phtalates" sont toxiques pour l'organisme humain
Les produits contenant des phtalates, comme le vinyle couramment utilisé dans les hôpitaux, sont toxiques. C'est ce qu'indique une nouvelle étude publiée cette semaine. Ces substances chimiques, ajoutées à certaines matières plastiques, comme le PVC des jouets ou le vinyle, servent à la fabrication de sachets à intraveineuses, cathéters ou seringues. Il produisent, selon les chercheurs de l'Université du Massachusetts, un éventail d'effets toxiques chez les animaux de laboratoire (y compris les rongeurs et les primates). Les organes affectés par ces produits sont le foie, le système reproductif (testicules, ovaires...), les reins, les poumons et le coeur. Il sont également toxiques pour les foetus.

Aniss MEGHRI (AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc