×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:486 Le 15/04/1999 | Partager

    · Oujda: Trois accords de partenariat signés
    Trois accords de partenariat dans le domaine de la formation professionnelle ont été signés mardi à Oujda. Objectif, développer ce secteur et s'adapter au marché du travail. Ces accords concernent notamment l'examen des moyens de création de conseils techniques de suivi dans les deux instituts supérieurs de technologie de "Dhar Lamhala" et de "Al Aounia". Lors d'une journée d'étude organisée à cette occasion dans la ville, le directeur régional de l'OFPPT pour l'Oriental, M. Mohammed Ghiat, a précisé qu'environ 3.100 diplômés d'universités et de centres de formation professionnelle ont bénéficié du programme d'intégration des jeunes dans la vie professionnelle. Il a ajouté que "ce chiffre représente 16% de l'ensemble des bénéficiaires sur le plan national, ce qui a permis à cette région d'être parmi les meilleures du Royaume en matière d'embauche". o

    · Le MEN cherche à se rapprocher du secteur privé
    Le ministre de l'Education Nationale, M. Ismaïl Alaoui, a exprimé le souhait de "voir la Commission Spéciale Education-Formation (COSEF), élargir le domaine du secteur privé". Il a indiqué que "la Commission s'emploie actuellement à diagnostiquer la situation de l'enseignement, soulignant qu'elle "examinera sans doute la question du secteur privé". Lors de la séance des questions orales, mardi à la Chambre des Conseillers, il a déclaré que son département cherche à mettre en place un partenariat avec le secteur privé et ce, en matière de construction des établissements et d'octroi de la gestion des institutions publiques au secteur privé à l'instar de nombreux pays étrangers. A ce propos, le ministre a souligné l'importance du concours que pourrait apporter le secteur privé au processus de développement, ajoutant que sa contribution ne concerne actuellement que 5% des scolarisés, lequel pourcentage "est très faible".

    Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc