×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:486 Le 15/04/1999 | Partager

    Un père de l'au-delà
    Deux ans après sa mort, il est devenu papa. Bruce Vernoff était décédé subitement d'une réaction allergique. A la demande de sa femme, Gaby Vernoff, son sperme avait été prélevé 30 heures plus tard et congelé.
    Quinze mois plus tard, il était utilisé pour fertiliser un des ovules de madame. Celle-ci a donné naissance le 17 mars dernier à un enfant.

    Voir au ralenti
    Si la nuit tous les "objets" sont gris, ils semblent également particulièrement lents. C'est la conclusion des travaux de trois chercheurs allemands publiés dans le dernier numéro de l'hebdomadaire scientifique Nature. Selon eux, les bâtonnets de la rétine enregistrent les signaux avec plus ou moins de retard. Un phénomène qui pourrait influencer la conduite automobile pendant la nuit. Pour les trois scientifiques, il faut chercher la réponse dans la rétine plus que dans le cortex.

    Des langues en déperdition

    Le patrimoine linguistique de l'humanité est en déperdition. C'est ce qui ressort d'une étude publiée par la revue Cybersciences. Des 6.500 langues parlées actuellement dans le monde, au moins 50% sont en voie de disparition. Et les plus pessimistes parlent de l'extinction de 75% des langues entre 2000 et 2100, soit une tous les cinq mois. Dans le monde, plus de 3.000 langues sont parlées par une frange de 0,002% de la population mondiale seulement. Ces langues marginales sont souvent celles des autochtones et sont les premières menacées. Avant l'arrivée des Européens, par exemple, les Amérindiens de Californie parlaient 100 langues différentes. Il n'en reste plus que 50, dont seulement deux ou trois ont de 150 à 200 locuteurs.
    Sur les 162 langues amérindiennes des Etats-Unis, 31% ne sont parlées que par six vieillards ou moins, 41% ne sont utilisées que par des adultes âgés, 17% sont encore parlées par des adultes de tout âge et 11% à peine (soit 20 langues) par de nombreux enfants. La situation est similaire au Canada. En Europe, presque toutes les langues régionales sont aussi menacées d'extinction.

    Une espèce de poisson inchangé depuis 400 millions d'années
    Des biologistes marins de l'Institut Océanographique de Rimouski (Canada) viennent de capturer un "Coelacanthe" aux Iles-de-la-Madeleine. Ce poisson est un véritable fossile vivant, puisque l'espèce est restée inchangée depuis 400 millions d'années.
    Le "Coelacanthe" (Latimeria Chalumnae) est un poisson assez primitif, estimé disparu depuis 80 millions d'années. Les chercheurs croyaient jusqu'à 1938 que ce poisson était l'ancêtre de tous les vertébrés terrestres actuels.
    Le poisson mesure 1,42 m de long et pèse 67 kg. Il porte les couleurs typiques de l'espèce (bleu avec des taches blanches). Il est aussi extrêmement vorace. L'estomac du spécimen repêché contenait les restes à moitié digérés d'un bébé phoque.

    Un téléphone portable pour cardiaques

    Des médecins allemands ont mis au point un téléphone portable pour les cardiaques, possédant une fonction d'appel d'urgence et de diagnostic. Le prototype, développé à la clinique universitaire d'Essen, propose une "touche d'urgence" permettant au malade d'appeler directement l'hôpital en cas de malaise.La banque de données concernant le patient est alors automatiquement activée pour que les médecins aient tout de suite son dossier sous la main. Par ailleurs, des capteurs placés au dos de l'appareil permettent, en appuyant le téléphone contre la poitrine du patient, de réaliser un électro-cardiogramme express, transmis directement à l'hôpital. Le téléphone donne aussi la possibilité de localiser le malade, au cas où il serait incapable de parler ou de bouger.

    Aniss MAGHRI

    (Revue Cybersciences, Agence Science Presse)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc