×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:482 Le 09/04/1999 | Partager

    · Etats-Unis: L'économie toujours aussi vigoureuse
    Tous les indicateurs économiques montrent la bonne santé de l'économie américaine. En février comme en mars, le chômage a atteint le taux le plus faible depuis 29 ans. Il s'est établi à 4,2% en février et 4% en mars. Les consommateurs américains restent confiants dans l'économie. La consommation, le principal moteur de l'économie américaine, entame sa huitième année d'expansion, avec une progression de 5% au premier trimestre 99. Les secteurs industriel et automobile se portent bien malgré les retombées de la crise asiatique. Les spécialistes tablent sur une croissance du PIB de plus de 3% en rythme annuel, soit une évolution comparable à celles enregistrées les années précédentes.
    Ces performances ne sont pas conjuguées avec un plus fort taux d'inflation. Les prix à la consommation n'ont augmenté que de 1,6% sur un an, alors que le salaire moyen a progressé de 3,6% sur l'année. «L'étroitesse des marchés de l'emploi invite à l'innovation des dirigeants et à une plus grande productivité, ce qui conduit à une plus forte croissance avec une faible inflation», a expliqué Mme Alice Rivin, vice-présidente de la Réserve Fédérale américaine.

    · Algérie: Le ministre de l'Economie optimiste
    «Les performances économiques de l'Algérie sont en constante amélioration». C'est ce qu'a déclaré le ministre algérien de l'Economie à Genève mercredi lors d'une réunion à la CNUCED. Il a souligné que le chômage est certes élevé (28% officiellement en 1998), mais le taux d'inflation n'a été que de 3% au cours de la même année. Le déficit budgétaire a représenté 3,7% du PIB et le taux de croissance a été de 9,3%. D'après les dernières statistiques de la Banque Mondiale, la croissance algérienne en 1996 a été de 3,8% et 1,3% en 1997, l'inflation de 26,6% en 1996 et 3,6% en 1997.

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc