×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:34 Le 18/06/1992 | Partager

    · Le Gouvernement français gèle les avoirs serbes et monténégrins
    Conformément à la résolution 757 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et selon un décret paru Vendredi 5 Juin au "Journal Officiel", le Gouvernement a décidé de geler en France les avoirs serbes et monténégrins.
    Ainsi les opérations de change, les mouvements de capitaux et les règlements de toute nature entre la France et l'étranger, effectués pour le compte de personnes morales ou physiques se trouvant en Yougoslavie (Serbie ou Monténégro) ou de nationalité yougoslave sont désormais soumis à autorisation préalable du Ministre de l'Economie et des Finances .
    Sont également soumises à autorisation préalable la constitution et la liquidation d'investissements de personnes morales d'origine yougoslave, précise le décret.

    · Le Président Bush proroge pour la Chine la clause de la nation la plus défavorisée
    George Bush a prorogé pour un an les avantages commerciaux de la clause de la nation la plus défavorisée (MFN) accordés à la Chine.
    Cette décision, prise en dépit d'une vive opposition au Congrès, où les parlementaires critiquent les violations des droits de l'homme en Chine, permet à ce pays d'exporter ses produits aux Etats-Unis sans avoir à payer des droits de douane prohibitifs.
    Selon Martin Fitzwater, le porte-parole de la Maison Blanche, Bush avait estimé qu'il était "mauvais d'isoler la Chine si nous espérons pouvoir l'influencer". "Nous voulons susciter des améliorations plus rapides et plus importantes en matière de droits de l'homme en Chine et un retrait de la MNF ne réaliserait pas ces objectifs", a précisé M. Fitzwater.

    · L'Algérie pourrait rééchelonner une partie de sa dette en 1993
    Le Chef du Gouvernement Algérien, Sid Ahmed Ghozali, a annoncé que son pays pourrait rééchelonner une partie de sa dette extérieure en 1993 si ses remboursements actuels devaient se maintenir à 75% de ses recettes extérieures.
    Pour M. Ghozali, qui avait déclaré lors de son investiture qu'il ne serait "pas l'homme du rééchelonnement", le rééchelonnement partiel de la dette algérienne constituerait un tournant dans la politique de son gouvernement.
    La seule manière d'éviter ce rééchelonnement serait de négocier avec les créanciers du pays une baisse de ces remboursements à 30% des recettes extérieures, estime M. Ghozali.

    · Le Canada veut stimuler les investissements étrangers
    Pour drainer les investissements vers son pays, le gouvernement canadien projette de diminuer de10 à 5% le taux de taxation sur les dividendes directs applicable aux investis-seurs étrangers.
    La mesure annoncée par le Ministre d'Etat aux finances, Gilles Loiselle, est toutefois conditionnée par la renégo-ciation d'accords bilatéraux de réciprocité déjà en vigueur avec une trentaine de pays.

    · Le Conseil National des Professions de l'Automobile adopte un "plan vert"
    Le Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA) a adopté un "plan vert" incitant les automobilistes à déposer leurs huiles, batteries et pneux usagés chez les garagistes, "au lieu de les abandonner dans la nature ou de les mettre aux ordures".
    Les garagistes et stations service prendront ainsi les déchets, sans distinction de provenance.
    Le CNPA, qui regroupe 59.000 entreprises, souhaite, en contrepartie, que le coût des réceptacles mis à la disposition des particuliers soit financé par la collectivité.

    · L'IATA contre une taxe sur l'Energie
    L'Association internationale du transport aérien (IATA) semble peu favorable à l'idée d'imposer une taxe sur les carburants proposée par la Commission de Bruxelles et reprise par l'Egypte et l'Italie, à Rio.
    "Les avions à réaction n'ont pas de carburant de remplacement pour le kérosène. Par conséquent, une taxe sur l'énergie ne peut permettre le passage à un carburant moins polluant", explique le Directeur Général de l'IATA, M. Günter Eser.
    L'aviation doit être capable de générer des profits afin qu'elle puisse continuer à s'offrir des technologies de pointe, estime-t-il.
    D'ailleurs, un avion, qui transporte 1,25 milliard de personnes par an, ne brûle pas plus de 5% de la consommation pétrolière mondiale et n'est responsable que de 2 à 3% des émissions de gaz, précise une étude de l'association.

    · Le Vietnam lance ses premières privatisations
    Le Vietman a décidé de procéder à la privatisation partielle de sept entreprises d'Etat dans le cadre d'une première étape vers une privatisation plus générale de l'économie.
    Les étrangers comme les nationaux pourront se porter acquéreurs des actions mises sur le marché. Si cette première opération s'avère positive, le plan de privatisation pourrait être étendu à des centaines d'autres sociétés.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc