×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:179 Le 11/05/1995 | Partager

Bourse: Paris se dote d'un nouvel indice
La Bourse de Paris lance le 12 mai un nouvel indice baptisé le Midcac et regroupant 100 valeurs moyennes françaises. Il "vise à répondre à l'intérêt de plus en plus marqué des investisseurs et des gestionnaires de fonds français et étrangers pour les valeurs de moyenne capitalisation", indique Le Figaro. Il vient s'ajouter aux quatre indices déjà existants, à savoir le CAC 40, le SBF 120, le SBF 250 et l'indice du second marché.

La Chine réitère son souhait d'entrer à l'OMC
La Chine, qui figure en onzième position du commerce mondial, a réitéré sa volonté d'intégrer l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le ministre chinois du Commerce extérieur, Mme Wu Yi, a en effet indiqué à Genève que son pays apportait son soutien total au développement du commerce mondial multilatéral et à l'OMC. "La Chine a besoin du monde et le monde a besoin de la Chine", a-t-elle déclaré.
Par ailleurs, Pékin a abaissé, le 1er mai, le temps de travail hebdomadaire de 44 à 40 heures. Pour le gouvernement, cette décision vise à réduire la pression du chômage et à stimuler la productivité. L'application de la semaine de 40 heures est effective à compter de cette date. Le gouvernement accorde cependant un délai de deux ans aux entreprises sur lesquelles l'adoption immédiate de la nouvelle semaine exercerait un impact négatif. Une condition toutefois: fournir les preuves de cet impact.

L'Algérie décide de privatiser
Un an après avoir accepté de rééchelonner sa dette extérieure, l'Algérie décide de privatiser une partie de son secteur public et de répondre ainsi à l'une des exigences du Fonds Monétaire International (FMI).
Les secteurs concernés sont le tourisme, les travaux publics, le commerce, les PME-PMI et le transport.
Après des négociations serrées, le gouvernement et les partenaires sociaux sont parvenus à un accord portant sur un avant-projet d'ordonnance sur la privatisation. Celui-ci attribue 30% des actions, dont 5% à titre gracieux, aux salariés des privatisables, et n'autorise la rétrocession qu'au bout d'une période de cinq ans.

Dumping: Bruxelles ouvre une enquête sur les magnétoscopes
La Commission européenne va ouvrir une enquête anti-dumping sur les importations européennes de magnétoscopes et composants en provenance de Corée du Sud et de Singapour. Lors de cette enquête, la Commission doit en effet vérifier si les importations originaires de ces deux pays ont bel et bien progressé de 120% entre 1992 et 1994 comme l'attestent les fabricants européens dont notamment le Néerlandais Philips.

L'Egypte va privatiser une centaine d'entreprises d'ici un an
En accord avec le Fonds Monétaire International (FMI), l'Egypte va privatiser d'ici à début 1996 un tiers de ses entreprises publiques, selon le ministre du Secteur des Affaires et du Développement Administratif, M. Atef Ebeid.
Le Caire, qui ambitionne également de poursuivre sa politique de privatisation par le biais de la Bourse, entend ainsi lever toutes les accusations de lenteur qui ont été formulées contre le pays.
Engagée dans un programme de privatisations depuis 1991, l'Egypte explique qu'elle ne peut pas "brader des entreprises, financées à 65% par leurs créanciers".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc