×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:11 Le 09/01/1992 | Partager

·Télévision: la cinquième chaîne française victime de l'audimat
Le suspense autour du dossier de La Cinq touche à sa fin. La Cinq, c'est fini, du moins en ce qui concerne le groupe Hachette, opérateur de la chaîne depuis Octobre 1990. Le conseil d'administration de La Cinq a approuvé, mardi 31 Décembre, le principe d'un dépôt de bilan.
Lâché par les autres actionnaires, Hachette se retrouve seul. Reteltelia (Société du groupe de Silvio Berlusconi), le Crédit Lyonnais, le Crédit Commercial de France, Kleinwort-Benson la Société Générale et le GAN ont ainsi indiqué "qu'ils n'entendaient pas participer à une récapitalisation de la chaîne".
De plus, Jean-Luc Lagardée, PDG d'Hachette, a clairement affirmé que le groupe n'a plus les moyens de continuer seul. La tragédie de la cinq peut se résumer en deux mots: terrorisme de l'audimat.
En effet, son audience stagne depuis deux ans autour de 11,5% de part de marché, après avoir atteint 13,6% en 1989.
La cinq, qui se voulait «populaire, mais haut de gamme et familiale», n'a pas pu avoir une grille des programmes qui s'est clairement démarquée de celle de sa puissante rivale (TF1).

Ainsi, la cinq est aujourd'hui placée sous la protection du tribunal de commerce de Paris. Celui-ci nommera dans les prochains jours unmandataire de justice chargé d'administrer la société. L'administrateur prononcera la liquidation ou organisera le redressment de la chaîne. Cette dernière hypothèse semble très délicate, les repreneurs potentiels se faisant de plus en plus discrets.
En plus de la procédure juridique, une réglementation spécifique concernant le secteur audiovisuel doit être prise en compte.
Ainsi, tout repreneur éventuel doit recevoir l'aval du tribunal et celui du CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel). Egalement, le nouvel opérateur doit trouver des alliés solides dans la mesure où la loi limite à 25% la participation maximale dans une chaîne.
Dans tous les cas, c'est le personnel de la cinq qui devra payer (avec éventuellement 576 suppressions d'emplois). Selon Yves Sabouret, PDG de la chaîne, "je ne vois pas comment on pourrait continuer". Par ailleurs, la disparition de la cinq poserait la question de sa succession à l'écran.
Dans l'immédiat, la chaîne occupera l'antenne au moins jusqu'au 16 Janvier. De plus, la situation de la cinq a suscité un certain nombre de réactions.
Le ministre du Budget, Michel Charasse, a déclaré que le gouvernement n'était pas concerné par un éventuel dépôt de bilan de la cinq. «Est-ce que la cinq était une mauvaise télévision, je ne sais pas, je constate seulement que les gens ne la regardaient pas", a-t-il conclu.

·A Londres, Harrod's a commencé ses soldes le premier Janvier

Harrod's, le célèbre grand magasin londonien a ouvert le premier Janvier pour ne pas déroger à sa règle de commencer ses soldes le premier Mercredi de Janvier. Quelque milliers de clients ont commencé a faire la queue à l'issue de leur réveillon, pour donner l'assaut, dès l'ouverture aux rayons achalandés de produits démarqués pour l'occasion, qu'ils auront repérer quelques jours auparavant.
Les pulls et les écharpes en cachemire, les costumes en tweed, la porcelaine et la verrerie figurent parmi les bonnes affaires du magasin qui comptait recevoir 300.000 clients pour la journée et réaliser un chiffre d'affaires d'un millions de Livre sterling par heures.
L'affluence au Harrod's est particulièrement forte cette année. Les gérants du magasin l'expliquent par rapport à la recession économique aigue que traverse la Grande Bretagne, qui incite à réserver ses achats vestimentaires ou d'équipements aux périodes de soldes.

Virgin Mégastore, magasin des Champs-Elysées, refuse de fermer le Dimanche

En ouvrant illégalement, Dimanche 29 Décembre 1991, ses deux établissements de Paris et Bordeaux, la Société Virgin Megastore France (Société de distribution de disques) combat la fermeture des magasins le Dimanche, instaurée en France par une loi datant de 1906, devenue par la suite, l'article 221 du code du travail. A Paris, les clients ont été accueillis sous le slogan: "on ne fera jamais assez de place à la musique le Dimanche".
Le Tribunal de Paris, saisi par le Syndicat CFDT, a ordonné Vendredi 27 Décembre à Virgin Stores de fermer son magasin le 29 Décembre et les Dimanches suivants sous astreinte de 50.000 Francs par heure d'ouverture. Le groupe Virgin a donc décidé de passer outre à l'interdiction du tribunal et d'ouvrir le Dimanche. La direction du magasin de disques et de cassettes estimait avoir accueilli le 29 Décembre plus de 40.000 personnes. Les ventes réalisées le Dimanche augmentent de 20% le chiffre d'affaires annuel de la société qui se chiffre à 850 millions de Francs, dont 500 millions à Paris.
La réaction de la CFDT a été de demander au juge de relever le montant de l'astreinte et de le porter à 200.000 Francs. Pour le PDG de Virgin, Patrick Zelnick, l'ouverture des magasins se présente comme une contribution à "la diffusion de la culture et l'animation de la cité".
Les clients sont venus nombreux et ont même signé une pétition adressée au premier ministre Edith Cresson. Malgré l'interdiction du tribunal et la hausse de l'astreinte, Virgin Mégastore a décidé de récidiver et d'ouvrir ses portes les prochains Dimanches de Janvier.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc