×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    · France: Les déficits publics dépassent 3% du PIB

    D'après l'Insee, le besoin de financement des administrations publiques françaises s'est établi à 270 milliards de Francs en 1992, soit 3,8% du PIB. Avec 141 milliards, il ne représentait en 1991 que 2,1% du PIB.
    En 1992, la France aura donc franchi la limite fixée par le traité de Maastricht: 3%. Dans l'aggravation de ces déficits, le budget de l'Etat a joué un rôle déterminant. A lui seul, le déficit budgétaire a en effet atteint 230 milliards, représentant 3,2% du PIB. Ce déficit résulte d'une perte de recettes fiscales de 120 milliards de Francs, liée à l'atonie de l'activité économique, et d'une importante croissance de certaines dépenses, notamment la charge de la dette publique.

    · L'Allemagne assouplit le crédit

    La Bundesbank a ramené, vendredi 5 mars, le taux de ses prises en pension, auquel elle approvisionne le marché monétaire à très court terme, à 8,25% contre 8,49%. Cette baisse, qui est entrée en vigueur mercredi 10 courant, "vise à orienter les taux sur le marché de l'argent", selon un porte-parole de la banque centrale allemande. Elle s'est traduite par un net raffermissement du Dollar.
    Surprenante par sa date (le lendemain du conseil directeur de la Bundesbank), la décision d'assouplir le crédit exprimerait deux embarras: l'un politique, l'autre technique. Le premier concerne la forte montée du chômage. Un responsable de l'Union des Banques Suisses (UBS) estime en effet que "le chiffre du chômage partiel, qui a bondi à 1,276 million, a été un choc et prouve que l'Allemagne s'enfonce dans une récession plus sévère que ne l'estimait la Bundesbank". Le second montre que la Buba "sait très mal gérer la liquidité du marché", la baisse des réserves obligatoires des banques entrée en vigueur le 1er mars n'ayant pas entraîné une abondance des liquidités.

    · Les producteurs de pommes de terre français calmés

    L'ensemble des mesures mises au point par le ministre de l'agriculture, M. Jean-Pierre Soisson, ont calmé le mécontentement des producteurs français de pommes de terre.
    Réunis avec M. Soisson, ils ont en effet obtenu l'essentiel de leurs revendications: report des cotisations sociales, mesures de désendettement et une enveloppe de 10 millions de Francs sur le budget additionnel des prestations sociales agricoles.
    Concernant le désendettement et le rééchelonnement des cotisations sociales, les producteurs de pommes de terre vont bénéficier de la tranche de prêts bonifiés de 2 milliards et demi de Francs, à laquelle n'avaient droit que les céréaliers et les producteurs d'oléagineux. 500 millions de prêts conventionnés, accordés par les banques sur sept ans au taux de 8%, viendront s'y ajouter.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc