×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Emprunt obligataire: Rebelote pour Settavex

Par L'Economiste | Edition N°:2171 Le 14/12/2005 | Partager

. Le programme triennal d’investissement va bon train. La deuxième tranche porte sur 205 millions de DH. L’introduction en bourse en perspectiveLA filiale du groupe espagnol de textile Tavex se dirige de nouveau vers le marché financier pour y émettre son deuxième emprunt obligataire. Objectif: financer la deuxième partie de son programme d’investissement triennal (2005-2007) portant sur 634 millions de DH. Cette fois, Settavex mise une somme de 120 millions de DH, 60 millions de moins que sa première opération du genre, qui lui a permis de concrétiser la première tranche de son programme d’investissement. Ce dernier, bouclé, permettra à la société de devenir le premier investissement étranger au Maroc dans le secteur du textile avec 1,5 milliard de DH. “Notre société-mère croit en le potentiel de développement qu’offre le Maroc, surtout avec la prochaine entrée en vigueur de l’ALE avec les Etats-Unis”, explique Badr Kanouni, directeur général de Settavex. Le recours à la bourse ne se limiterait certainement pas aux émissions obligataires. La société ambitionne de s’y introduire au terme de son programme d’investissement. Les 120 millions de DH, objet de cette deuxième émission obligataire, seront scindés en deux tranches. La première porte sur une somme globale allant de 30 à 60 millions de DH, matérialisée par des obligations cotées en bourse. La deuxième, elle, est dotée d’un montant variant entre 60 et 90 millions de DH, contenant des titres au porteur. La valeur unitaire des obligations est fixée à 100.000 DH avec une durée de maturité de 7 et un taux de 3,84%. . 36 nouveaux métiersLe chef de file de cette opération n’est autre que BMCE Bank, dont la filiale BMCE Capital Emission est le conseiller et le coordinateur. La banque forme avec la CDG, la Société générale marocaine des banques et la BMCI le groupe de placement. Outre cette émission obligataire, la deuxième tranche du programme d’investissement, prévue pour 2006, dont le montant s’élève à 205,36 millions de DH, sera financée à hauteur de 72 millions de DH par une augmentation du capital. De plus, la société bénéficiera d’une subvention d’investissement d’environ 19 millions de DH. Cette coquette somme servira à l’installation de 36 nouveaux métiers à tisser qui ajouteront une capacité de 2 millions de mètres linéaires à la production des tissus Denim. L’investissement porte également sur une nouvelle unité de teinture d’une capacité de 10 à 12 millions de mètres linéaires par an. Il concerne également l’extension de la capacité des finissages spéciaux à 24 millions de mètres linéaires. La société a préféré déployer la totalité de son programme d’investissement dans la région de Settat en raison “de la disponibilité des terrains et l’intégration des process de production”, selon Kanouni. Settavex est la première entreprise de textile au Maroc à recourir au marché financier. “La bourse nous permet de lever les fonds dont nous avons besoin à des taux plus avantageux que ceux des banques”, explique Kanouni. La société ne compte pas en rester là, le directeur général n’exclut guère une introduction en bourse au terme du programme d’investissement. “L’ouverture de notre capital en bourse se fera éventuellement d’ici deux ans”, affirme-t-il. La première tranche du programme d’investissement, réalisée en 2005, a concerné un montant global d’environ 192 millions de DH. Cette somme a été financée à hauteur de 180 millions de DH par la première émission obligataire, réalisée en juin 2005. La société avait également bénéficié d’une subvention d’investissement qui dépasse 18 millions de DH. Cette première tranche a doté Settavex d’une unité de filature ring de 8.000 broches ainsi que 36 nouveaux métiers à tisser.Au terme de cette première tranche, la production de Settavex s’élève à 14 millions de mètres linéaires en tissu Denim et de 9 millions de mètres linéaires pour ce qui est du FLAT. La société aspire à une production globale qui franchirait le seuil des 24 millions de mètres linéaires d’ici fin 2007. “Nous projetons à travers ce programme de nous ouvrir sur le marché américain où nous espérons écouler environ 20% de notre capacité d’exportation”, explique le directeur général de Settavex. Pour ce faire, la société envisage pour la dernière phase du programme triennal, prévue en 2007, un investissement à hauteur d’environ 237 millions de DH. A l’encontre des deux premières phases, Settavex ne compte pas s’investir dans un emprunt obligataire pour mobiliser cette somme. Elle sera financée à hauteur de 100 millions de DH par un emprunt bancaire et de 63 millions de DH par une troisième subvention d’investissement. Le reliquat sera autofinancé. Cet investissement permettra d’édifier une filature conventionnelle de 8.000 broches et de fournir 72 métiers à tisser. Settavex ambitionne également de mettre en place une nouvelle unité de cogénération d’électricité.


Le jean résiste toujours

LE directeur général de Settavex se dit confiant quant à l’avenir de la filière du jean au Maroc. Les professionnels de la filière ont réussi à faire face à la concurrence et maintenir leurs performances indemnes. “La disponibilité du tissu permet aux confectionneurs d’honorer des commandes dans des délais records”, indique Kanouni. En effet, les grandes griffes du prêt-à-porter (Zara, Mango…) sont en perpétuel besoin de petites quantités dans des délais serrées. Chose que la Chine ne pourrait pas honorer en raison de l’éloignement géographique. “Cela offre un potentiel énorme aux confectionneurs marocains qui bénéficient de la proximité et de la logistique nécessaire”, ajoute-t-il. Ainsi, l’accroissement de la capacité de production de Settavex fournira la matière première aux confectionneurs pour pérenniser et développer leur activité. “Nous serons à même de garantir l’approvisionnement quotidien de nos partenaires quelles que soient les quantités demandées”, certifie Kanouni. Le jean est l’une des rares filières intégrées en amont au Maroc. Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc