×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Emplois : Nestlé s'attaque aux eaux minérales

    Par L'Economiste | Edition N°:47 Le 01/10/1992 | Partager

    Le groupe suisse Nestlé a décidé de réduire les effectifs de la célèbre source Perrier, deux mois après avoir obtenu l'accord de Bruxelles pour son rachat. A la suite d'un audit approfondi, un plan de réduction des effectifs a été en effet annoncé. Celui-ci porte sur 750 postes, soit environ 15% du total des emplois.
    En décidant de tailler dans ses effectifs, Nestlé n'aurait pas tenu ses promesses. "Lors de la prise de contrôle de Perrier, Nestlé annonçait la relance, le développement des activités eaux minérales et le maintien de l'emploi", rappelle l'organisation syndicale CFDT.
    Le plan social, qui entrera en application en 1993, ne prévoit pas de licenciements mais des préretraites, un plan de formation et un plan d'orientation professionnelle.
    Ces suppressions se justifient, selon le nouveau PDG de Nestlé, M. Serge Milhaud, par la nécessité de redresser la productivité de l'entreprise. Perrier souffre toujours de la présence dans les bouteilles d'un corps étranger au début de l'année 1990.
    Depuis cette date, la production n'a fait que chuter. Elle s'est établie à 761 millions de bouteilles en 1991, contre 1 milliard en 1990 et 1,2 milliard en 1989, soit une baisse totale de 40%.
    Selon Nestlé, le dégraissage prévu pour l'année prochaine s'impose à cause de la morosité du marché de l'eau minérale. L'augmentation de 9,3% du chiffre d'affaires eau minérale de BSN en 1991 contredit l'argument avancé par la société helvétique.
    Nestlé n'en finit pas de surprendre. Il vient d'annoncer une autre suppression d'emplois chez Contrex. Celle-ci concerne190 emplois sur un total de 1.350. Comme pour Perrier, le plan social comprend des départs en préretraite et des postes à mi-temps.
    Vittel est également touchée.
    Devant quitter le groupe pour être vendues, selon les directives de Bruxelles, les sources Thonon, Vichy et Saint-Yorre échappent ainsi aux restructurations drastiques de Nestlé. En raison du poids de la CGT, la société suisse risque d'avoir des difficultés à faire passer cette restructuration.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc