×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi et Carrière
    La réussite professionnelle se construit au secondaire

    Par L'Economiste | Edition N°:3212 Le 15/02/2010 | Partager

    . L’employabilité des jeunes se prépare à la sortie du primaire... . Une enquête de l’OCDE sur 30.000 élèves canadiens De bons résultats dans le secondaire sont essentiels pour réussir ses études supérieures et trouver un emploi. C’est grosso modo ce qui ressort d’une étude récente de l’OCDE. En 2000, le Canada lançait l’Enquête auprès des jeunes en transition, conjointement avec le Programme international pour le suivi des acquis (PISA) des élèves de l’OCDE. Depuis lors, les 30.000 élèves canadiens qui ont pris part au PISA 2000 ont été interrogés tous les deux ans afin de recueillir des informations sur leurs expériences à l’égard des études et du marché du travail. En 2009, ces participants ont été réévalués au moyen des mêmes outils que ceux du PISA 2000. Le rapport intitulé «Les clés de la réussite» met en évidence certains des avantages d’une composante longitudinale du PISA , en relevant les principales constatations découlant des données du PISA 2000 et de l’enquête en date du cycle 2006. Dans le cas du Canada, l’enquête montre que la plupart des jeunes empruntent des parcours linéaires (c’est-à-dire qu’ils passent directement aux études post-secondaires après l’enseignement secondaire). Si l’on combine le PISA et l’Enquête, on constate qu’au Canada, le niveau d’instruction est associé à de meilleurs résultats au PISA 2000. Tous les étudiants fréquentant un établissement universitaire ou collégial en 2006 (à l’âge de 21 ans) avaient obtenu des résultats PISA nettement supérieurs à la moyenne de l’OCDE, qui se situe à 500 points. La vaste majorité des étudiants fréquentant un établissement universitaire en 2006 avaient obtenu les meilleurs résultats au PISA 2000 (alors qu’ils se situaient aux niveaux 4 et 5). Bon nombre d’entre eux (14%) et collégial (35%) ont travaillé avant d’entreprendre leurs études post-secondaires. De manière générale, les étudiants qui ont terminé leurs études secondaires plus tard que la moyenne, qu’ils aient ou non entrepris des études post-secondaires par la suite, avaient obtenu de moins bons résultats à l’évaluation PISA 2000. En outre, les étudiants qui ont directement commencé à travailler, après leurs études, avaient eu de mauvais résultats au PISA.T. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc