×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi et Carrière
L’OCDE cherche la parade au chômage de masse

Par L'Economiste | Edition N°:3036 Le 01/06/2009 | Partager

. Aides ponctuelles et réformes des programmes d’aides ciblées . 25 millions de chômeurs de plus d’ici 2010La crise économique et financière a entraîné la suppression de millions d’emplois dans la seule zone OCDE, et les chiffres du chômage devraient continuer à se détériorer. La situation actuelle du marché de l’emploi suffit à convaincre que nous traversons l’une des plus graves crises économiques. Que ce soit aux États-Unis, avec 750.000 pertes d’emplois par mois en moyenne, ou en Espagne, avec 29% des 20-24 ans au chômage en décembre 2008 (un tiers de plus que l’année précédente), la crise se traduit de la même manière partout dans le monde.Et le pire reste à venir: l’OCDE estime que le taux de chômage devrait approcher 10% dans les pays membres dès l’année prochaine. Ce qui représenterait 25 millions de chômeurs supplémentaires, soit la plus importante et la plus rapide poussée de chômage dans l’OCDE depuis 1945.Au départ, les secteurs les plus durement touchés ont été la construction et l’industrie manufacturière, tous deux liés à un marché immobilier en chute libre. Mais d’autres secteurs commencent à souffrir de l’aggravation et de la diffusion du ralentissement économique. Ainsi, aux Etats-Unis, le secteur tertiaire contribue désormais à hauteur de 50% à la contraction totale de l’emploi. Ces dernières années, les entreprises ont embauché de plus en plus de travailleurs temporaires, principalement pour éviter les contraintes réglementaires liées aux embauches et à la rupture du contrat de travail. Les CDD sont les premiers à être licenciés et ils n’ont souvent qu’un accès limité, voire inexistant, aux systèmes de protection sociale pendant leurs périodes d’inactivité.Les gouvernements commencent à réagir. Pour limiter les suppressions d’emplois, plusieurs pays, comme le Danemark, l’Allemagne et l’Espagne, envisagent d’introduire, ou d’étendre, des programmes d’aide au chômage partiel pendant une période limitée. Ces programmes s’appliquent généralement en cas de réduction provisoire du nombre d’heures de travail suite à un ralentissement de l’activité. Dans ce cas, une partie du manque à gagner des travailleurs est compensée par une aide de l’Etat. C’est une politique en phase avec cette crise, car de nombreuses entreprises sont confrontées à la fois à un tassement sensible de la demande à court terme et à un resserrement drastique du crédit, ce qui peut les contraindre à licencier du personnel qu’elles auraient souhaiter garder à long terme.


Minimiser les risques

Selon l’observateur de l’OCDE, les aides semblent avisées sur le plan budgétaire, car il est moins coûteux, à terme, d’intervenir lorsque les travailleurs à risque ont encore un emploi plutôt que lorsqu’ils ont perdu leur emploi et viennent grossir les rangs des chômeurs. Néanmoins, l’expérience passée en matière d’aides à court terme n’est pas très encourageante, les subventions ayant bénéficié soit aux travailleurs que les employeurs auraient gardé même sans aide de l’Etat, soit aux entreprises qui se sont avérées non viables une fois la reprise amorcée. L’OCDE cherche avec les gouvernements à minimiser ces risques en proposant une aide ponctuelle mieux ciblée. Pour être efficaces, ces solutions doivent aussi être provisoires, de manière à ne pas peser sur l’activité économique par la suite.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc