×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi et Carrière
Diversité culturelle: Le cas Managem

Par L'Economiste | Edition N°:2860 Le 15/09/2008 | Partager

. C’est un atout à l’international . L’entreprise forme ses collaborateurs à d’autres cultures «Nous ne pouvons pas nous internationaliser sans favoriser la diversité culturelle. C’est une richesse, elle assure une complémentarité entre les équipes». Pour Mohammed Cherrat, directeur ressources humaines et communication à Managem, une équipe multiculturelle est un avantage concurrentiel important. Elle aide l’entreprise à s’implanter et à s’adapter à l’international. C’est le cas par exemple pour Managem qui s’appuie sur ses cadres étrangers pour faciliter son internationalisation, en particulier en Afrique où le groupe minier dispose de plusieurs projets. Il a recruté des cadres étrangers qu’il a insérés sur ses sites d’exploitation au Maroc. Ce sont des ingénieurs dont la majorité a effectuée ses études au Maroc. Ils ont donc eu le temps de se familiariser avec le pays. L’entreprise compte aussi des collaborateurs étrangers dans les fonctions support, dont certains ont effectué une immersion au Maroc avant d’être affectés à l’étranger. Ils facilitent le contact et l’adaptation des équipes dans leur pays. «On ne peut pas être une entreprise qui se développe à l’international sans favoriser la diversité culturelle de l’encadrement», explique Cherrat. Le groupe minier compte 18 cadres étrangers, dont une dizaine est basée à l’international. Le reste est affecté sur les sites au Maroc. Il dispose actuellement d’équipes opérationnelles dans deux pays où ses projets sont suffisamment avancés, au Gabon et en RDC. En Suisse, la filiale chargée du trading et du marketing des produits Managem compte aussi des étrangers parmi ses effectifs. «Nous sommes également présents en amont dans l’exploration et la prospection avec de nouveaux projets au Soudan, au Congo-Brazzaville, au Mali, en Mauritanie et en Tunisie», révèle Cherrat. Dès que l’entreprise décroche un projet, elle s’installe sur place avec une équipe d’expatriés. Par la suite, elle recrute des cadres localement. Le plus souvent, elle recourt à l’emploi temporaire pour étoffer son équipe dans la prospection et aussi dans la sous-traitance. «Nous entamons des chantiers qui peuvent aboutir ou ne pas aboutir. C’est un risque à gérer. Nous ne devons pas nous retrouver par la suite avec un effectif qui ne pourrait être absorbé par notre organisation», observe le DRH de Managem. Les équipes dépêchées à l’international suivent une formation pour mieux connaître la culture du pays et éviter des incompréhensions. «Notre première expérience date de la fin des années 1990 au Niger et en Guinée-Conakry. Nous étions associés à un partenaire qui dispose aussi de l’expérience dans ces pays», explique Cherrat. Les équipes ont été accompagnées par un cabinet marocain, lequel connaît le contexte culturel des pays hôtes. Une trentaine de cadres et techniciens ont été formés, ils constituent le noyau qui sert de relais dans les autres pays. C’est ce groupe, sur le terrain à l’international pendant quelques années, qui encadre actuellement les expatriés. L’entreprise se fait également accompagner par des experts internationaux, notamment ceux en provenance des pays d’origine pour former les équipes sur l’interculturel. «Nous insistons sur la compréhension des coutumes et us locaux. Mais une fois les équipes en place, l’entreprise passe à une autre étape: fédérer tout le monde autour des valeurs et de la culture de l’entreprise», affirme le DRH de Managem. Pour cela, des réunions sont organisées et des kit RH distribués pour asseoir la vision de l’entreprise. «C’est à partir de ce moment qu’il faut faire adhérer les collaborateurs locaux à notre vision. C’est un travail de fond que nous devons mener pour nos équipes d’expatriés», soutient Cherrat, qui précise que l’entreprise est à la veille d’entamer la réalisation d’un projet au Gabon.


Carte de visite

Le groupe minier est présent au niveau national par le biais de plusieurs filiales. Il s’agit de la compagnie de Tifnout Tighanimine, la Compagnie minière des Guemassa, la Société métallurgique d’Imiter, la Société anonyme d’entreprises minières, Akka Gold Mining, Reminex et Techsub. Managem compte aussi des filiales et des participations à l’international: R.E.G au Gabon , Manatrade en Suisse, Lamikal en RDC et Semafo, société canadienne dans laquelle le groupe détient 8% du capital. Managem emploie 4.000 salariés. Sa première exploitation a démarré en 1928. K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc