×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Une étoile marocaine dans le circuit des champions automobiles

Par L'Economiste | Edition N°:2121 Le 03/10/2005 | Partager

. Yassine Benjamaâ, 19 ans, est pilote depuis neuf ans. Son rêve: intégrer le cercle des pilotes de Formule 1A dix ans déjà en 1996, il fait ses débuts dans le karting et lui-même en a aujourd’hui dix-neuf. C’est de là que Yassine Benjamaâ a attrapé le virus et développé sa passion pour le sport automobile. Autour de lui, ses parents feront preuve de compréhension et décident d’accompagner le jeune Yassine Benjamaâ dans cette aventure, comme il la qualifie lui-même. Le caractère aléatoire de réussite dans le sport de haut niveau ne fut pas un obstacle auprès des parents. Au contraire, «ils n’avaient pas hésité à respecter mon hobby, je ne suis pas tombé sur un bloc», révèle le jeune pilote, dont les premiers succès sur le circuit du karting au Maroc finirent par convaincre la famille.Yassine obtient de sa famille de financer son entrée dans un club professionnel. Le jeune pilote garde les pieds sur terre. Il ne rêve pas, confie-t-il, mais cela ne l’empêche pas non plus d’afficher des ambitions. «Mon objectif ultime», lance Yassine Benjamaâ, est de devenir un jour un «Schumi» marocain. Attention, tempère-t-il aussitôt, je dois d’abord progresser dans ce que je fais aujourd’hui et de passer les étapes les unes après les autres. Le chemin conduisant à la Formule 1, le sommet de la carrière de tout pilote automobile est semé de beaucoup d’embûches. Chaque chose en son temps. Pour l’instant, l’objectif du jeune champion marocain est «de performer dans sa catégorie, la Formule Renault 2000. Pourquoi Renault? Parce que le constructeur français est historiquement l’un de ceux qui sont le plus impliqués dans la promotion de la course automobile. La marque au losange est aussi connue comme une formidable pépinière des grands champions automobiles. Kimi Raïkkonen, Fernando Alonso (champion du monde 2005), Prost… sont tous passés par la Formule Renault 2000.Yassine s’est ménagé quand même une solution B au cas où son projet ne se concrétisait pas selon ses souhaits. Pas question de reléguer les études au second plan. De toute façon, c’était la condition posée par ses parents pour continuer le sport automobile. Yassine a réussi son bac avec mention et est inscrit dans une formation en communication et audiovisuel. L’idée de ne pas réussir est une éventualité qu’il a intégrée comme le risque de blessure très présent dans tout sport de haut niveau. «On peut aussi avoir des qualités et être stoppé dans son élan», explique le jeune. C’est une manière de se préparer à un coup dur au cas où et c’est une sorte de roue de secours, ajoute son manager Paul Raisin.Yassine partage son temps entre l’Allemagne et le Maroc, presque du «50-50». Quand il n’est pas aux essais et aux entraînements, il doit entretenir sa forme. Chaque matin, c’est jogging suivie d’une grosse séance de musculation. La commande du cockpit d’une machine exige une forme physique sans faille, de l’endurance en plus de qualités mentales exceptionnelles pour gérer le stress. Le sport automobile exige des moyens financiers. Pour l’instant, c’est la famille vraiment au sens large, qui soutient le jeune Yassine. Mais au fur et à mesure que le jeune pilote franchit des étapes, le poids financier devient très lourd à assumer. Les sponsors? Ils sont les bienvenus. Mais il fallait d’abord leur apporter des résultats avant de les approcher, explique Yassine Benjamaâ. Il existe une réelle complicité entre le jeune pilote et son manager belge, Paul Raisin. Les deux se sont rencontrés sur un circuit en Allemagne. Son rôle est de discuter avec les équipes, d’encadrer le jeune pilote marocain, de gérer le programme d’entraînement et des compétitions. Quand on est ensemble, je suis un peu comme un père, avec en plus la possibilité de pouvoir l’engueuler. Tout doit être suivi de près car dans toute discipline professionnelle, la progression passe par des sacrifices: le régime alimentaire, les sorties, l’entretien physique, le sommeil, etc. Le courant est passé tout de suite avec la famille du jeune champion. Si l’Allemagne est «La Mecque du handball», elle est aussi la top destination pour le sport automobile. Elle est à l’automobile professionnelle ce que sont les Etats-Unis pour le basket-ball. Toutes les grandes stars de Formule 1 ont fait leurs premiers pas dans ce pays. Le manager a toute latitude sur les aspects qui touchent directement au périmètre de ses compétences. Le choix des compétitions, le planning des tests, les entraînements, le manager dit avoir totale liberté. La famille de son poulain, même très impliquée dans la carrière du jeune Yassine lui fait une entière confiance.


Yassine Benjamaâ

Né le 20 septembre 1986 à CasablancaFévrier 1996: Débuts en karting Juin 2001: Compétition en kartingAoût 2002: Participation aux sélections Fédération française des sports automobiles 2003: Formule Campus Renault ElfAvril 2005: Premiers tests en Formule Renault 2000 pour Kern MotorsportA participé aux 24 Heures Spa Francorchamps Karting en juillet 2005Sur les vingt-deux courses auxquelles il a participé, Yassine Benjamaâ a remporté trois victoires, est monté dix fois sur le podium, réalisé cinq pole positions. Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc