×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Dossiers

    Emploi & carrière
    Un ami de Bush au poste d'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:1686 Le 19/01/2004 | Partager

    L'homme d'affaires californien, Thomas Riley, a rejoint son poste d'ambassadeur des Etats-Unis au Maroc. Son arrivée coïncide avec les dernières tractations pour la conclusion de l'accord de libre-échange. Né à San Mateo (Californie), cet ancien cadre de la Silicon Valley, âgé de 54 ans, a côtoyé de près le président Bush. Il a grandi à Atherton (dans le même Etat) et vécu 23 ans à Palo Alto. Thomas Riley est titulaire d'une licence en génie industriel de la Stanford University (1972) et d'un MBA de Harvard Business School (1975).C'est d'ailleurs là qu'il fera connaissance, en 1970, avec celui qui allait devenir son ami intime et le président des Etats-Unis plus tard. Ils pratiquaient tous les deux leurs activités sportives et ont logé dans la même chambre durant leurs années d'étude.Thomas Riley a entamé sa carrière en tant qu'ingénieur dans la firme Boeing à Seattle et Washington. Il passera ensuite quatre ans à l'étranger avec TWR en Irlande du Nord, en Angleterre et en France et fut rapidement promu au poste de directeur des opérations européennes. De retour en Californie, il a co-fondé General Resources Corporation, une compagnie de distribution d'équipements et établi un partenariat avec des sociétés locales au Kenya, Djibouti, Somalie et Soudan. Il travaillé à la Silicon Valley au cours des vingt dernières années. Il a été président et dirigeant de Unity Systems (contrôle des constructions automatisées), Web State (formation par Internet) et plus récemmentActive Photo (services de photos numériques sur Internet). Il passera aussi quelques années en France où il assurera la gestion d'une usine à Bordeaux. A son retour aux Etats-Unis, Thomas Riley aidera George Bush à lever des fonds à Silicon Valley pour le financement de la campagne présidentielle en 2000. C'est alors qu'il exprime, après la victoire de Bush, le souhait d'occuper un poste d'ambassadeur. Mais le moment n'était pas opportun, car il décide avec son épouse, Nancy, avocate spécialiste dans le domaine fiscal, de se consacrer à l'éducation de leurs deux filles. Au début de cette année, il considère à nouveau cette éventualité et lorsque Bush lui demande s'il était toujours intéressé par un poste d'ambassadeur, il répond par l'affirmative. Thomas Riley anime régulièrement des conférences dans le domaine industriel aux Etats-Unis et en Europe et a reçu un brevet américain pour un système innovateur de gestion d'énergie. A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc