×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Ramed: La généralisation pour septembre 2008

Par L'Economiste | Edition N°:2659 Le 26/11/2007 | Partager

. 4,5 millions de personnes cotiseront . 100 dirhams par personne et par an plafonné à 500 dirhams par famille Une évaluation de six mois avant de passer au stade de la généralisation. Le Ramed, régime d’assistance pour les économiquement démunis, sera d’abord testé dans la région de Tadla et de Beni Mellal avant d’être généralisé à l’ensemble du pays. Des proches du dossier parlent de septembre 2008.En attendant, l’expérience-pilote est prévue pour début décembre et permettra d’ajuster le système. «Une évaluation sera effectuée et les conclusions soumises à l’appréciation des partenaires sociaux», déclarent des sources à la Primature et au ministère de la Santé. Le choix de cette région n’est pas fortuit, mais obéit à deux critères: «Une infrastructure hospitalière et sanitaire valide et une population pauvre maîtrisable», soutient un responsable sous couvert de l’anonymat. Il reconnaît aussi que «cette région connaîtra un renforcement des ressources humaines et une amélioration sanitaire». La cible dans un premier temps sera donc une population «d’économiquement démunis» de 300.000 personnes. Un des aspects qui sera suivi de près est la réaction de cette population. N’étant pas habitué à recevoir des soins, l’on s’attend à une affluence importante. C’est même une donne avec laquelle, la commission chargée du dossier compose. Une «contrainte» à laquelle le système Ramed pourrait remédier par «une contribution minimale». Celle-ci n’est pas encore fixée mais elle permettrait d’améliorer l’utilisation du service. Dans le Ramed, les personnes éligibles auront droit à tous les soins délivrés dans l’hôpital. Elles auront accès à un panier de soins «l’hôpital amélioré» puisqu’il inclut le médicament et certains appareillages. En parallèle, les soins prodigués dans les centres de santé se poursuivront de manière gratuite. Au total, le Ramed cible une population de 8,5 millions de personnes dont 4 millions sont des pauvres absolus et 4,5 millions sont considérées comme vulnérables. C’est d’ailleurs cette dernière catégorie qui devra s’acquitter d’une cotisation de 100 dirhams par an et par personne et ce dans la limite de 500 dirhams par famille. Ceux qui vont verser cette contribution seront désignés à l’issue de l’opération d’identification des pauvres qui sera lancée. A cet effet, des commissions régionales seront mises en place et seront chapeautées par une commission nationale. Des critères tels que la possession d’un poste télé ou d’un frigo seront pris en compte dans la détermination de la population susceptible de verser une contribution. Dans ce système, l’on s’attend à ce que les cotisations de la population vulnérable contribuent pour 562 millions de dirhams dans le financement du Ramed. Le reste sera dispaché entre l’Etat pour un montant de 1,469 milliard de dirhams et les collectivités locales pour 587 millions de dirhams.


L’ANAM écartée pour le moment

Pour ce démarrage, le système sera «géré» par le ministère de la Santé. En tout cas, les fonds nécessaires seront avancés au ministère de la Santé. Et ce, en attendant que «l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) soit en mesure d’assurer cette gestion». «Compte tenu de ses ressources humaines, l’ANAM ne peut remplir cette fonction dans l’immédiat. On va attendre qu’elle dispose des moyens nécessaires», affirme une source proche du dossier.K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc