×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Principe de Peter: Tous incompétents!

    Par L'Economiste | Edition N°:2649 Le 12/11/2007 | Partager

    . Observez vos supérieurs et vos collègues: Peut-être souffrent-ils du syndrome du dernier poste. «Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité »Laurence J. Peter, professeur canadien, et Raymond Hull, écrivain et journaliste canadien, se penchent sur l’incompétence dans un livre intitulé « Le Principe de Peter ou pourquoi tout va toujours mal ». Publié dans les années soixante-dix, l’ouvrage est encore l’un des succès de librairie dans le domaine du management. Ses conclusions n’ont pas pris une seule ride. La thèse des auteurs est simple : à un moment ou à un autre, chacun de nous atteint son seuil d’incompétence. «Dans toute hiérarchie, la crème monte jusqu’à ce qu’elle soit aigrie ». En d’autres termes, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence. C’est vrai dans les entreprises, les administrations, l’armée, en économie, en politique… Bref, dans toutes les organisations puisque celles-ci sont structurées par des hiérarchies. Le principe de Peter est devenu un dogme pour les étudiants dans les business schools. Et non, nos hommes politiques ne sont pas les seuls à être incompétents. « L’incompétence est quotidienne, omniprésente, universelle », selon les auteurs. Et le livre fourmille d’exemples, à la fois drôles et inquiétants. Un pont qui s’écroule, la mauvaise santé de la planète, le chômage, les faillites… Si tout va toujours mal, c’est parce que les individus sont souvent incapables de refuser une promotion. Ils grimpent les échelons, acceptent les promotions jusqu’à la dernière, qui les fait alors basculer dans l’incompétence. Les hommes semblent rechercher volontairement l’incompétence. Devenus inutiles, ils se maintiennent pourtant à leur poste. Comme Miss Totland. Bonne élève, puis institutrice remarquable, elle est promue inspectrice primaire. Elle forme désormais les futurs enseignants. Des adultes auxquels elle parle comme aux enfants : doucement, simplement, histoire qu’ils enregistrent tout. Des adultes rapidement lassés, qui ne viennent plus en cours. Miss Totland « ne sera donc plus promue et restera toute sa vie inspectrice adjointe, au niveau de son incompétence ». Bloquée. Plus d’espoir d’ascension et peu de risques d’être mise à la porte. Car la compétence des employés est mesurée par des employeurs qui n’échappent pas aux règles du principe de Peter. Au contraire : le sommet ressemble souvent à un vivier d’incompétence, une sorte de voie de garage pour ceux qui ne peuvent plus avancer. « L’incompétence au sommet est rare mais pas impossible ». Rare, car une fois au sommet, ils ont tendance a rechercher l’incompétence… Dans un autre domaine, comme la politique pour un chef d’entreprise par exemple. « Avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité ». Heureusement, tous les employés n’atteignent pas leur niveau d’incompétence en même temps. Le travail peut donc continuer, grâce à ceux qui n’ont pas encore dépassé leurs limites. Mais il pourrait être effectué avec beaucoup plus d’efficacité. Et de nombreuses catastrophes pourraient être évitées si chacun acceptait de demeurer à son niveau de compétence. Pas si facile. Refuser les promotions, soit l’incompétence voulue, revient à s’attirer les foudres de son entourage et de sa hièrarchie. Ne pas évoluer dans l’organigramme est considéré comme un échec. Ce qui fait dire aux auteurs : « rien ne réussit comme l’échec ». En effet, se maintenir à son niveau de compétence peut éviter bien des tracas. Ulcère, tension, constipation, alcoolisme, insomnie, impuissance… . PapyromanieVoilà quelques-uns des symptômes physiques de l’incompétence ou du syndrome du dernier poste. Sans oublier les tics et manies tels que la papyromanie (empiler les dossiers sur son bureau), la classophilie (tout ranger), le syndrome de la balançoire (crier sur ses employés), ou encore celui du flottement (ne pas être capable de prendre des décisions)… Ce qui fait peur, c’est que les symptômes de l’incompétence ne sont pas seulement observables chez nos supérieurs… Les collègues aussi semblent contaminés. Et nous ? Comment échapper à l’incompétence ? En faisant preuve d’incompétence créatrice, selon les auteurs. Soit d’un peu de lucidité et d’habileté pour trouver son niveau de compétence et s’y maintenir discrètement. Pour ne pas avoir à refuser de promotion, il suffit de ne pas paraître à la hauteur. Les deux auteurs, tels des médecins, donnent leurs ingrédients pour sauver l’homme de sa tendance autodestructrice. Le tout avec beaucoup d’humour.


    Ne pas confondre obéissance et compétence

    Les dirigeants confondent souvent obéissance avec compétence et en plus refusent de reconnaître leurs erreurs. Un employé promu est devenu incompétent ? Il peut obtenir une nouvelle promotion. Pseudo-promotion qui ressemble à un placard, mais qui a l’avantage de camoufler les erreurs d’appréciation du supérieur et de maintenir la hiérarchie. Pour Laurence J. Peter et Raymond Hull, le maintien de la hiérarchie est le commandement numéro un de bien des organisations. Un commandement qui ne supporte pas la présence de super-incompétents ni de super-compétents. Peu de chance de promotion pour les super-compétents. Ils risquent d’être renvoyés! Mieux vaut être docile et médiocre pour réussir ou alors aller voir ailleurs. Echec relatif qui correspond en fait au refus de l’incompétence voulue. Refuser les promotions pour demeurer compétent. Pas si facile. Cécile RUBICHON

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc