×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Parties prenantes

    Par L'Economiste | Edition N°:2659 Le 26/11/2007 | Partager

    LA création de valeur, objectif par lequel juraient tous les dirigeants portés par la folie boursière au début de la décennie dans la nouvelle économie, est plus que jamais d’actualité. Au-delà de la rentabilité, c’est l’objectif central de l’entreprise et la garantie de sa pérennité. Pour les équipes dirigeantes, cela implique un changement culturel et, surtout, de vision. L’objectif de création de valeur va bien au-delà de la maximisation de la rentabilité à laquelle s’attend l’actionnaire-propriétaire. Il sous-tend que le management réponde avec diligence et efficacité aux attentes de ce que la doctrine appelle les «parties prenantes». Selon cette conception, l’entreprise n’est pas seulement la propriété de ses actionnaires, mais de l’ensemble des acteurs qui gravitent autour d’elle et à l’intérieur: clients, organisations syndicales, Etat, etc. L’approche purement financière, quoiqu’importante, cède la place à celle de la responsabilité sociale.A.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc