×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Moins de création d’entreprises et d’embauche

    Par L'Economiste | Edition N°:2174 Le 19/12/2005 | Partager

    . 955 nouvelles entreprises et 83 faillites à fin septembre. Réduction du temps de travail dans une centaine d’entreprises . Les chiffres en valeur absolue, sont-ils bonsLES difficultés économiques, la rude concurrence sur les marchés à l’export et au niveau local ont mis à mal de nombreuses entreprises surtout celles qui ne se sont pas préparées à l’ouverture. D’autres ont dû recourir à une réduction des effectifs (31 entreprises). Mais surtout pour les neuf premiers mois de 2005, il y a eu moins de création d’entreprises et moins d’embauche (voir infographie). Si les valeurs relatives sont peut-être correctes, en revanche les statistiques en valeur absolue ont l’air fantaisiste. Nous n’avons pu avoir aucune explication de la part du ministère de l’Emploi.La baisse d’embauche est constatée aussi bien au niveau des entreprises nouvellement créées (-6,63%) que de celles qui ont augmenté leurs effectifs. Seuls les établissements en réouverture s’en tirent à bon compte puisqu’elles ont recruté plus de personnel en 2005. Ces établissements ont procédé à l’embauche de 3.338 personnes, soit une progression de 6,92% par rapport à l’année précédente.Une analyse des statistiques des conflits collectifs fait également apparaître une baisse notable des licenciements avec néanmoins des performances très disparates selon qu’il s’agisse des établissements ayant fermé ou procédé à des plans sociaux. Ces derniers ont eu moins recours à des réductions d’effectifs: pour cette catégorie, les effectifs licenciés ont baissé de 40,7% entre 2004 et 2005. La réduction du temps de travail facilitée par le code du travail est souvent la première étape pour les entreprises avant le recours aux plans sociaux ou la solution ultime, la fermeture.En réalité, les plans de sauvetage ne donnent pas toujours les effets escomptés. En 2005, 83 entreprises ont fermé et avec 6.198 employés se sont retrouvés au chômage. Et aussi bien en 2004 qu’en 2005, le nombre d’entreprises fermées dépasse celui des établissements qui ont procédé à des réductions du personnel. Ce premier semestre a également été marqué par la réduction de la durée du travail. Une centaine d’entreprises y ont eu recours. Au total, 8.093 salariés ont été concernés contre 7.835 l’année dernière. Goodyear qui emploie 450 personnes dont 380 à la production a mis en place un chômage technique tournant pendant plusieurs mois avant de prendre la décision de fermer son usine le temps d’écouler la marchandise en stocks. L’analyse des chiffres du ministère de l’Emploi montre aussi que les entreprises qui rétablissent la durée du travail est en baisse. Seuls 22 établissements ont repris des horaires normaux contre 26 en 2004. Autrement dit, les entreprises ont du mal à remonter la pente.K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc