×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Emploi & carrière
Mise à niveau sociale: Un symposium en avril

Par L'Economiste | Edition N°:1691 Le 26/01/2004 | Partager

. Quelque 250 personnalités y sont attendues. La rencontre se tient à CasablancaLa branche marocaine de l'Observatoire social international (OSI) s'active. Elle organise le 14 avril prochain un symposium sur la mise à niveau sociale de l'entreprise. La rencontre, qui aura lieu à l'Auditorium Twin Center à Casablanca, regroupera environ 250 personnalités, parmi lesquelles des responsables gouvernementaux, des DG de grandes entreprises, d'offices publics et de PME. Des élus et représentants d'ONG, de partenaires sociaux, d'organismes et institutions internationales seront aussi de la partie. L'OSI Maroc regroupe une vingtaine de membres de tous bords : CGEM, CNSS, UMT, Lydec, Lafarge, ONA, LMS, OCP, Shell, Manpower… qui se réunissent régulièrement pour débattre de thèmes liés à la responsabilité sociale de l'entreprise. “Nous organisons pour la première fois un événement 100% marocain de cette envergure”, affirme Omar Benaini, consultant associé à LMS et l'un des organisateurs du symposium. Au menu de cette rencontre figurent notamment des thèmes comme “Repenser le management des relations sociales dans l'entreprise”, “Les indicateurs de performance sociale” ou encore “La contribution des grandes entreprises dans la mise à niveau sociale des PME”. “A ce jour, on parle surtout de mise à niveau économique sans se soucier de ses conséquences sociales”, indique Omar Benaini. La réflexion stratégique des décideurs sur la mise à niveau des entreprises focalise en effet sur les dimensions technique et économique, alors que la dimension humaine et sociale est souvent escamotée. Aujourd'hui, l'entreprise doit être en règle au regard de la loi. Car le consommateur cherchera de plus en plus à être informé sur les circuits industriels et commerciaux des produits qui aboutissent dans les magasins. Ces chaînes font désormais l'objet d'enquêtes de la part des ONG. Il n'est plus tolérable que les tapis, chaussures ou chemises achetés à prix modique en grande surface soient fabriqués par des enfants exploités, mal nourris, travaillant 14 ou 15 heures par jour dans des locaux insalubres. Devant cette situation contestée par les ONG, les syndicats, les associations de consommateurs… des entreprises réagissent en affichant leur volonté de trouver des réponses aux problèmes sociaux, économiques et écologiques. D'ailleurs, c'est ce genre d'initiatives innovantes que la rencontre du 14 avril veut mettre en exergue.


Qui est l'OSI?

L'observatoire social international est né à l'initiative du groupe Suez suite à un symposium organisé à Rome en janvier 2000 sur le thème des exigences sociales de la mondialisation. Il est ensuite devenu une association indépendante de droit italien. Aujourd'hui, c'est un réseau opérationnel regroupant plus de 100 partenaires à travers le monde. L'OSI mène ses travaux aux Etats-Unis, en Argentine, en Europe et au Maroc. Ces travaux portent sur des sujets comme la contribution au débat social européen, les conséquences sociales de l'essor des technologies de l'information, l'impact du développement de l'actionnariat salarié… Au Maroc, aux Etats-Unis et en Argentine, les partenaires ont retenu prioritairement des thèmes liés à l'illettrisme, l'éducation, l'apprentissage, la fuite des cerveaux et la fracture numérique. Aziz EL AFFAS

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite