×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Les managers qui bougent

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    . Ibrahimi réélu à la présidence des CentraliensSaïd Ibrahimi, actuel Trésorier général du Royaume a été reconduit pour deux années (durée statutaire du mandat) à la présidence de l’Association des centraliens du Maroc lors de l’assemblée générale qui s’est tenue vendredi 15 décembre à Casablanca. Conformément aux statuts de l’association, ce sera son deuxième et dernier mandat. Ibrahimi formera son équipe dans une dizaine de jours. En marge de leur assemblée, les Centraliens avaient convié Abdesselam Aboudrar (CDG) et président de la commission «Transparence» de la CGEM pour animer une conférence sur «L’ingénieur et la cité». Les ingénieurs devraient s’impliquer un peu plus dans les débats de société, et donc, la politique. Mais jusqu’à quel degré? s’est interrogé Jalal Charaf, lui-même Centralien et directeur de la formation en cours d’emploi à l’OFPPT. Dans le débat politique, un ingénieur peut être utile pour son expertise, sa connaissance du terrain et apporter le sens du concret et de l’adaptabilité.Aboudrar reconnaît que ce n’est pas dans la nature des ingénieurs de s’engager spontanément dans l’action politique. Résultat: ils sont très peu présents au Parlement et dans les partis politiques au contraire des juristes par exemple. Il reste que deux des brillants membres du gouvernement actuel sont des ingénieurs. Karim Ghellab, ministre du Transport et de l’Equipement est un lauréat des «Ponts & Chaussées» et Adil Douiri, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale est aussi lauréat des «Ponts & Chaussées».. Air France Maroc change de piloteGeorges Ben Harroche est le nouveau directeur régional de la délégation d’Air France Maroc. Il succède à Joël A. Routier qui part à la retraite. Ce dernier restera malgré tout actif et devrait exercer pour le compte d’un organisme périphérique au groupe Air France, peut-être l’alliance Skyteam, selon la rumeur. Le nouveau manager d’Air France au Maroc a été présenté vendredi dernier au cours d’une réception organisée à Casablanca en présence d’une centaine d’invités triés sur le volet.. Nominations à la Formation professionnelle«C’est le temps des copains» au secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle. Telle semble être la réaction de plusieurs personnes à l’annonce du brusque débarquement des deux directeurs de leurs fonctions en milieu de semaine dernière par le secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle, Saïd Oulbacha. Le directeur de la formation professionnelle et celui de la planification font les frais de ces changements que certains imputent à la volonté du secrétaire d’Etat «de placer des proches du parti à des responsabilités». 2007, il est vrai, c’est dans quelques jours.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc