×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Dossiers

Emploi & Carrière
Les étudiants «mordus» de l’entreprenariat

Par L'Economiste | Edition N°:2683 Le 31/12/2007 | Partager

. Selon un sondage de l’Université Hassan II, 67% ont l’intention de créer leur entreprise . Peu de sensibilisation à l’université et des stages en entrepriseDevenir entrepreneur, ce n’est pas toujours la première idée qui vient à l’esprit d’un jeune étudiant. Mais si les esprits sont encore largement dominés par le salariat notamment dans le secteur public, les jeunes semblent de plus en plus tentés par l’aventure entreprenariale. L’engouement qu’avait suscité Moukawalati avec 13.000 idées de projets déposées est là pour en témoigner. Une récente étude réalisée par l’Université Hassan II de Casablanca auprès de ses étudiants abonde dans le même sens.Mené auprès d’un échantillon de 464 étudiants, ce sondage avait pour objectif d’«étudier l’intention entrepreneuriale des étudiants des établissements de l’Université. Aussi, vient-il mesurer l’évolution enregistrée chez les étudiants 18 mois après une première étude menée en juin 2006», affirme Khalid El Ouazzanai, chargé de développement auprès de la présidence de de l’Université Hassan II.Plus des deux tiers (67%) des étudiants sondés pensent créer leur entreprise. Un résultat en légère baisse par rapport à 2006 où cette proportion était de 69%.La faculté des sciences arrive en tête en nombre des intentions de création d’entreprise avec 85% des étudiants qui déclarent vouloir se mettre à leur compte. Elle devance les facultés de droit et de lettres (81%) et l’Ecole Nationale Supérieure d’Electricité et de Mécanique (Ensem).Ces résultats peuvent faire croire que les étudiants scientifiques sont plus entrepreneurs que les autres. Mais cela s’explique par le fait que «la faculté des sciences a été le lieu de concentration des efforts de sensibilisation et de promotion de la culture entreprenariale notamment par le biais de partenariats avec des associations comme le Centre des jeunes dirigeants (CJD)».Malgré le franc succès de programmes récompensant l’envie d’entreprendre, comme l’émission Challenger, les étudiants demeurent trop peu sensibilisés à l’entreprenariat.Ceux qui déclarent n’avoir jamais suivi de formation en la matière sont nettement majoritaires: 69%. Ce fut pire en 2006 où cette proportion s’élevait à 80%.Le stage qui est l’occasion par excellence de démystifier l’entreprise et de former l’entrepreneur de demain reste peu accessible aux étudiants de l’université. Plus d’un étudiant sur deux déclare ne jamais en avoir suivi.En revanche, les efforts de communication des organismes d’appui à la création d’entreprise semblent donner leurs fruits puisque une majorité de 56% des étudiants affirme les connaître. Un résultat qui s’inscrit en nette hausse par rapport à l’étude de 2006 où ce chiffre ne dépassait pas 38%.L’Anapec, le CRI et des banques figurent dans la liste des établissements cités.Nabil TAOUFIK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc