×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Les échos d’ailleurs

Par L'Economiste | Edition N°:2106 Le 12/09/2005 | Partager

. La London Business School aime les femmes Afin de favoriser la place des femmes dans le top management, la London Business School a instauré le Sloan Fellowship Women’s Scholarship. Dans le cadre d’un partenariat avec le cabinet de chasseurs de têtes Spencer Stuart et l’agence de publicité Saatchi & Saatchi, elle offre à la meilleure candidate les frais de scolarité (environ 40.000 livres) de ce programme réputé. D’une durée de dix mois, le Sloan Fellow est une formation qui vise à augmenter les compétences en matière de leadership. Ce programme est destiné tout particulièrement à celles et ceux qui ambitionnent d’évoluer d’un poste de direction fonctionnelle à la direction générale, ou bien qui veulent changer de secteur. Créé au MIT (Massachusetts Institute of Technology), le programme Sloan Fellow est aujourd’hui dispensé dans trois grandes écoles: La London Business School, Stanford et le MIT. . Rémunération: Loterie ou flexibilitéLe salaire des cadres tend de plus en plus à devenir une “grande loterie”, explique L’Express dans un important dossier sur le salaire variable et son incidence sur la rémunération globale. Les entreprises ont, en effet, de plus en plus recours au variable, ce qui est intéressant…lorsque la conjoncture est bonne. Les rémunérations ont toujours fluctué en fonction des vicissitudes de l’économie, mais, selon le magazine, “la part d’aléa dans le niveau des rémunérations n’a jamais été aussi grande que ces dernières années”. Ainsi, la CFDT a calculé que 44% des cadres avaient perdu en pouvoir d’achat en 2004, contre 33% en 2001 et 21% en 1999. Plus fondamentalement encore, les cadres ont du mal à se faire à cette situation, dans la mesure où, initialement, le salaire variable était supposé compléter le fixe, et non s’y substituer, le premier étant censé rémunérer une performance, et le second une compétence. Comme le reconnaît le responsable des rémunérations chez BNP Paribas, “aujourd’hui, la partie variable a pris le pas sur la partie fixe et peut servir de variable d’ajustement à court terme des frais de personnel”. . France: L’extension du domaine de la période d’essaiÇa y est, il est en piste. Grâce à une ordonnance judicieusement publiée en pleine torpeur estivale, le CNE (Contrat nouvelle embauche) est applicable depuis le 4 août dernier. Au programme: des embauches facilitées. Corollaire: des licenciements également facilités avec un préavis de deux semaines ou un mois selon le cas et sans que l’employeur ait à justifier sa décision. Une mesure qui permet aux entreprises de moins de 21 salariés de prolonger la période d’essai de leurs nouvelles recrues jusqu’à deux longues années, en lieu et place du mois en usage pour les employés et de six, au maximum, pour les cadres.Inutile de commenter les réactions à ce nouveau contrat de travail, puisque chacun se contente de jouer une partition attendue. D’un côté, le Medef adhère tellement fort à cette idée qu’il souhaite qu’elle soit étendue à toutes les entreprises. De l’autre côté, les syndicats hurlent à la braderie des droits sociaux. Mais une autre voix s’élève. Qui parle de société à deux vitesses. Qui exprime que ce n’est pas seulement le code du travail “à la française” et la cohorte de salariés concernés qui risquent d’être soldés, c’est l’encadrement des petites entreprises hexagonales. Et elles sont tout de même 2,5 millions à être concernées par le CNE. Source: Cadreemploi.fr

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc