×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & carrière
Le groupe Segepec veut booster la filière banque-assurance

Par L'Economiste | Edition N°:1745 Le 12/04/2004 | Partager

. Cette option de Polyfinance n'est pas très prisée. Les lauréats de Polyfinance et Imade viennent de recevoir leur diplôme. Salaire net de départ: 7.000 DH pour Polyfinance et 6.000 pour Imade Les vingt-cinq lauréats de la troisième promotion de Polyfinance, parrainée par Daniel Antunes, PDG d'Axa Maroc, ont reçu leur diplôme mercredi 7 avril. La cérémonie a eu lieu dans les locaux de l'école Al Madina, filiale du groupe Segepec, au même titre que Polyfinance et Imade. Les dix-neuf lauréats de la première promotion de Imade (institut marocain du droit des entreprises), parrainée par maître Azzedine Kettani, ont également reçu les leurs. Parmi les vingt-cinq lauréats de Polyfinance (bac+5), huit sont spécialisés dans les marchés financiers et dix-sept dans la “finance d'entreprise”. Aucun n'a choisi l'option banques et assurances. Une filière que Abderrahmane Lahlou, directeur général de Polyfinance et PDG du groupe Segepec, voudrait valoriser sachant que “l'activité a un potentiel de développement important”. Aujourd'hui, 65% des lauréats de la troisième promotion de Polyfinance travaillent déjà. 90% de ceux de la deuxième et l'ensemble des diplômés de la première ont aussi un emploi. Principalement dans la banque, l'assurance, l'entreprise, et les cabinets d'audit et de conseil. “Notre objectif est d'atteindre le plein emploi d'ici juin prochain”, souligne le directeur général de Polyfinance”. Parmi les quatre des vingt-cinq lauréats ont choisi de poursuivre leurs études en France pour des masters ou DESS en finance. Deux autres (en cours d'emploi) suivent des cours du soir à Polyfinance, en vue d'obtenir le master international de l'ESC Lille (en finance internationale), une formation accréditée par la Conférence des grandes écoles. Le salaire de départ net moyen des lauréats de Polyfinance est de 7.000 DH, nous confie Abderrahmane Lahlou. Un salaire qui, selon lui, atteint 10 à 12.000 DH au bout d'une année ou deux. Sur les dix-neuf lauréats de Imade, neuf sont spécialisés en droit des banques, des assurances et des marchés financiers et dix en droit du commerce international. Sept d'entre eux ont préféré poursuivre leurs études plutôt que de travailler, six autres ont trouvé un emploi, tandis que les six restants sont à la recherche d'un travail. Une lauréate s'est rendue en France pour un DESS en droit de la concurrence et les autres suivent un DESS de droit des affaires (de l'Université de Grenoble) délocalisé à Imade. Ceux qui travaillent ont intégré les services juridiques d'entreprise des cabinets de conseil juridique. “Le taux d'emploi est inférieur à celui enregistré par les diplômés de Polyfinance. Toutefois, nous sommes très confiants parce que les lauréats d'Imade sont spécialisés dans un domaine en pleine mutation”, note Abderrahmane Lahlou. Il faut dire aussi que l'institut est beaucoup plus jeune. Le salaire mensuel net d'un Imadiste avoisine les 6.000 DH en moyenne. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]m
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc