×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Initiative emploi
Le marché exige surtout des attitudes

Par L'Economiste | Edition N°:2121 Le 03/10/2005 | Partager

. Les propositions de la commission Formation-reconversion. Validation des acquis professionnelsLa commission Formation-reconversion a présenté un projet pour l’amélioration de la formation initiale et continue lors des dernières Assises de l’emploi. Il s’articule autour de quatre axes. Le premier a trait à l’identification des profils qui répondent aux besoins de l’entreprise. A cette fin, la commission recommande de focaliser sur les compétences opérationnelles (savoir-faire) et comportementales (prise d’initiatives, communication interpersonnelle, développement de la personnalité…). Très recherchées sur le marché du travail mais pas suffisamment introduites dans les cursus universitaires, ces aptitudes doivent être développées chez les demandeurs d’emploi. «Ces compétences prennent aujourd’hui, et ce sera encore le cas demain, une place importante en matière de prise de décision quant aux choix du candidat à recruter», souligne l’Agef (Association des responsables des ressources humaines). Pour répondre à cet impératif, l’association plaide pour la mise en place d’un module axé sur «le développement personnel» et qui doit être systématiquement intégré dans la formation. Mais quelles sont les conditions de la réussite d’une telle formation?Le projet mentionne deux prérequis que sont le niveau de formation de base et la maîtrise des langues. Le deuxième axe concerne le choix de l’opérateur de la formation qui doit obéir à des exigences bien précises. Une attention particulière doit être accordée au savoir-faire du formateur ainsi que de son respect des normes qualité. Les opérateurs publics doivent veiller en sus à la mise en place de partenariats avec des professionnels de l’entreprise, notamment pour la composante développement personnel. Enfin, l’organisation de la formation en mode alterné est fortement souhaitable. Cette dernière suggestion vise à combler une lacune de la formation professionnelle qui demeure dominée par la formation résidente. Le système d’évaluation à mi-parcours et en fin de formation est le troisième point du paquet des recommandations de la commission Formation-reconversion. Il consiste en l’élaboration d’outils de mesure de la capacité des candidats à prendre en charge leur développement personnel ainsi que du degré de leur intégration dans le monde de l’entreprise. Le dernier axe vise à bien définir les droits et obligations de chacune des parties à la relation de travail (Anapec, entreprise et candidat). L’objectif étant de mieux protéger le nouveau salarié, maillon faible de la relation tripartite sus-indiquée, et de remédier au problème de l’engorgement des tribunaux par les affaires nées des conflits de travail.


Un passeport professionnel

Le projet mis en place un «passeport professionnel d’intégration en entreprise» au profit du candidat à l’emploi. Les objectifs dudit passeport ne sont autres que la validation de son apprentissage et ses acquis professionnels ainsi que des différentes étapes de son intégration en entreprise et le suivi de l’utilisation de ses droits mentionnés dans les contrats de stage et d’insertion professionnelle.Morad EL KHEZZARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc