×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Editorial: Effet collatéral

    Par L'Economiste | Edition N°:2424 Le 18/12/2006 | Partager

    LA procédure d’équivalence des diplômes de pharmacie obtenus à l’étranger, sur laquelle travaillent les départements de l’Enseignement supérieur et de la Santé, pose plus de problèmes qu’elle n’en résout. Elle a le mérite de clarifier un processus en rendant publics les critères sur lesquels se base l’obtention d’une équivalence. Cette transparence est une grosse avancée à saluer. En revanche, tous ceux qui sont le plus concernés par cette question, c’est-à-dire des centaines de Marocains qui ont étudié dans les universités russes ou ukrainiennes, ne peuvent s’empêcher d’y voir le résultat de la pression du lobby des pharmaciens qui veut ériger des barrières à l’entrée dans un secteur qui traverse depuis quelques années des difficultés à cause du tassement de la consommation des médicaments. Si le gouvernement veut ôter tout argument à ceux qui l’accusent de «rouler» pour les pharmaciens, il devrait alors étendre la même démarche à bien de formations tout aussi importantes pour ne pas dire sensibles: l’architecture, la médecine, l’expertise comptable, l’agronomie, etc. Il devrait surtout apporter une réponse définitive et crédible à la requête d’enseignants-chercheurs titulaires du doctorat français et qui se voient freiner dans leur carrière au motif que leur diplôme serait soi-disant «académiquement» en dessous de l’ex-doctorat d’Etat marocain! Allez savoir. Le comble est que, quelques années plus tard, le législateur marocain a copié le modèle du doctorat d’université français dans le schéma de la réforme universitaire (LMD). Finalement, le problème de ces pauvres diplômés de pharmacie d’Ukraine ou de Russie permet de mettre à nu les contradictions de la régulation d’un système.Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc