×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Echos d’ailleurs
La France revoit la formation des instits

Par L'Economiste | Edition N°:2414 Le 04/12/2006 | Partager

. Immersion dans l’entreprise afin d’être plus proche de la réalité. Le programme insistera sur la polyvalence des profsGilles de Robien, ministre de l’Education français, vient de transmettre au Haut conseil de l’éducation (HCE) un projet de cahier des charges rénové de la formation des maîtres. Une formation adaptée au fameux «socle commun de connaissances» avec, en point de mire, l’intégration des IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres) à l’Université. Le gouvernement souhaite confier la formation des maîtres aux universités au motif que le parcours des étudiants doit être mieux articulé à leur projet professionnel. Le principal changement apporté dans le cahier des charges répond à un souci exprimé par les jeunes professeurs: bénéficier d’une formation plus pratique. C’est pourquoi le document présenté par Gilles de Robien a pour grand principe l’alternance, un va-et-vient entre contact avec la classe, formation en IUFM et recherche universitaire. «Le futur professeur doit connaître la réalité du monde, la réalité du marché de l’emploi, la réalité sociale dans lesquelles devront s’insérer ses élèves», a précisé le ministre, pour qui les stages permettront de nourrir l’expérience des jeunes maîtres. . Un cursus de trois ansDans l’optique de la réforme, ces stages constituent l’occasion de faire l’expérience directe du travail en entreprise pour les étudiants mais aussi pour les enseignants.  Une formation plus continue implique, d’une part, que la formation débute en amont du concours de recrutement et, d’autre part, que le jeune enseignant soit accompagné après son année de formation, en aval. Le cahier des charges prévoit donc des cursus universitaires préprofessionnalisants. Ceux-ci devront faciliter l’approche de la polyvalence pour les professeurs des écoles et de la bivalence pour les professeurs du secondaire, par des CAPES dits «bivalents». Des diplômes permettant à des professeurs d’enseigner deux disciplines. Avant même l’entrée en IUFM, ces cursus devront proposer aux candidats des stages d’observation en milieu scolaire. Après le concours, le cahier des charges prévoit d’étaler sur trois ans la formation professionnelle. Les nouveaux professeurs acquerront progressivement leur autonomie. En matière d’évaluation, le cahier des charges définit dix grandes compétences professionnelles attendues des jeunes enseignants, d’après un rapport rendu fin octobre dernier par le Haut conseil de l’éducation. Le cahier des charges apporte des changements dans l’évaluation de la formation des maîtres. C’est ce qui a poussé le gouvernement à prévoir la création d’une commission nationale d’évaluation de la formation des enseignants.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc