×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & carrière
    Conférence internationale du travail
    La liberté d’association pour la session plénière

    Par L'Economiste | Edition N°:1784 Le 07/06/2004 | Partager

    . Celle-ci est prévue le 10 juin. Journée mondiale contre le travail des enfants le lendemain. Mondialisation, immigration, territoires occupés: les thèmes chauds La 92e Conférence internationale du travail poursuit ses travaux à Genève. Aujourd’hui, lundi 7 juin, c’est la question de la mondialisation qui sera au centre des discussions des conférenciers, à l’occasion de la présentation par la Présidente de la Finlande, Tarja Halonen, et le Président de la Tanzanie, Benjamin Mpaka, du rapport de la “Commission mondiale sur la dimension sociale de la mondialisation” qu’ils coprésident. Le directeur général du Bureau international du travail (BIT), Juan Somavia, présentera, lui, l’approche de l’OIT pour répondre au besoin de nouvelles politiques en matière de mondialisation ainsi que son rapport intitulé “Une mondialisation juste: le rôle de l’OIT”. De son côté, la Commission de l’OIT sur les travailleurs migrants entamera une discussion sur la base d’un rapport du BIT, selon lequel le nombre de migrants traversant les frontières à la recherche d’un emploi et de sécurité humaine va croître rapidement dans les prochaines décennies. Notamment, à cause de l’échec de la mondialisation à fournir des emplois et des opportunités économiques là où les gens sont nés et préfèrent souvent vivre (www.leconomiste.com).La situation dans les territoires occupés sera également au coeur des débats de la conférence annuelle qui a démarré le 1er juin et qui durera jusqu’au 17, en présence de près de 3.000 délégués (gouvernements, employeurs et syndicats). Le Bureau international du travail a d’ailleurs dénoncé mardi “l’étranglement de l’économie” des territoires palestiniens du fait de l’occupation israélienne, qui conduit à un taux de chômage très élevé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. “La pauvreté continue de frapper les communautés palestiniennes et n’est atténuée que par une assistance à grande échelle”, souligne le DG du BIT. Selon le Bureau, une récente mission dans la région a mis en évidence des “restrictions sévères” à la liberté de circulation des personnes, des biens et des services et, du même coup, des “pertes importantes de production, d’emplois et de revenus“. Le chômage touche 20,7% de la population active en Cisjordanie et 31,9% à Gaza. Rappelons que lors de cette 92e conférence internationale du travail, les ministres du Travail et les représentants des travailleurs et employeurs des 177 Etats membres de l’Organisation internationale du travail aborderont divers thèmes. Il s’agit notamment de la question des migrants, la mise au point d’une nouvelle norme sur le développement des ressources humaines, la situation des droits fondamentaux des travailleurs et employeurs, les conditions de travail dans le secteur de la pêche, ainsi que la situation des travailleurs dans les territoires palestiniens occupés et d’autres pays.Le 10 juin, la session plénière de la Conférence sera consacrée à une discussion du nouveau rapport du BIT sur la liberté d’association intitulé “S’organiser pour plus de justice sociale”. La journée mondiale contre le travail des enfants, qui aura lieu le 11 juin, portera son attention sur la cause des enfants travaillant comme domestiques. Une rencontre aura lieu à Genève autour du rapport du programme BIT/IPEC “Coup de main ou vie brisée? Comprendre le travail domestique des enfants pour mieux intervenir”.


    Le Maroc représenté par une forte délégation

    Une forte délégation marocaine participe aux travaux de la 92e Conférence internationale du travail. Présidée par le ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, Mustapha Mansouri, cette délégation est composée, côté gouvernemental, de Omar Hilale, ambassadeur du Maroc auprès des Nations unies à Genève, et El Hadi Chater, chef de la division de la Réglementation et des Organismes internationaux du travail au ministère de l’Emploi et des conseillers techniques. La délégation des employeurs, conduite par Larbi Koullou, de la CGEM, est composée, elle, d’El Hassane Ousslim et Mohamed Boudhaim, de la Fédération des chambres marocaines de commerce, d’industrie et des services (FCCISM), ainsi que Mohcine Ayouche et Mohamed Jalal, de la CGEM (conseillers techniques). Quant à la délégation des travailleurs marocains, avec à leur tête Mahjoub Benseddik, secrétaire général de l’UMT, elle est composée notamment de Noubir Amaoui, secrétaire général de la CDT, Abderrazak Afilal, secrétaire général de l’UGTM et d’autres membres des centrales syndicales.


    Débats passionnés

    La Conférence est également un forum où sont débattus librement, parfois avec passion, les problèmes sociaux et du travail qui intéressent le monde entier. Les délégués examinent l’évolution sociale dans le monde, mais le thème central est le rapport présenté chaque année par le directeur général du BIT. En voici quelques-uns, parmi les plus récents: «Assurances sociales et protection sociale (1993)»; “Des valeurs à défendre, des changements à entreprendre: la justice sociale dans une économie qui se mondialise” (1994); “Promouvoir l’emploi” (1995); “L’action normative de l’OIT à l’heure de la normalisation” (1997); “Un travail décent” (1999); “Réduire le déficit de travail décent: un défi mondial” (2001) et “S’affranchir de la pauvreté par le travail”, (2003). Cette année, le rapport du DG du BIT s’intitule: “Une approche équitable pour les travailleurs migrants dans une économie mondialisée”.A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc