×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Cadres, attention au mal de dos

Par L'Economiste | Edition N°:2169 Le 12/12/2005 | Partager

. Le secteur tertiaire est le plus touché. Le travail sédentaire et la station assise prolongée pointés du doigt . Amélioration des conditions ergonomiques du travail, réadaptation des postes… les aménagements à faire Le mal de dos touche de plus en plus de personnes actives. Cette tendance va crescendo vu les nouveaux métiers qui se développent surtout dans le secteur tertiaire, notamment les téléopérateurs. A l’inverse de la France, les troubles musculo-squelettiques (TMS) affectant les articulations ne sont pas considérés comme des maladies professionnelles au Maroc, alors qu’ils sont le premier problème de santé au travail dans l’Hexagone.Les statistiques, au niveau national, font défaut. «90% de la population adulte a souffert un jour ou l’autre de douleurs du dos. Par contre, les lombalgies chroniques toucheraient entre 5 et 10% de cette population. Les personnes actives et exerçant des professions demandant des efforts physiques sont particulièrement exposées», précise Pr Bahiri Rachid, responsable des maladies du dos au service de rhumatologie B à l’hôpital Ayachi de Salé et membre du bureau exécutif de la Société marocaine de rhumatologie.Pour les cadres, le fait de rester assis pendant toute la journée peut entraîner, à la longue, le mal du dos surtout s’ils s’assoient n’importe comment (dos courbé, position nonchalante, etc). Pour les ouvriers, le fait de soulever de lourdes charges et de subir des vibrations ou des secousses durant une période prolongée peut conduire inévitablement au mal de dos.«Les gens se plaignent de plus en plus du mal de dos car ils bougent moins et grossissent énormément. Dans les cas que je rencontre, ce sont les informaticiens qui prennent le plus de poids avec une moyenne de 5 à 10 kg par an, voire, dans certains cas, 20 kg. Ainsi, toutes les articulations souffrent, les faiblesses musculaires apparaissent faute de sport. Résultat: tout le poids du corps est ramené sur la colonne vertébrale», soutient Dr Benamour Khoungui Zineb, médecin du travail. Et d’ajouter que cette maladie «n’est pas due essentiellement aux conditions ergonomiques du travail mais à la vie de tous les jours. C’est dans la culture, les Marocains se tiennent mal sur leur siège dès l’enfance».Cette pathologie est très fréquente dans le tertiaire, car elle est liée aux postures de travail. Les employés passent le plus grand de leur temps devant un ordinateur ou une machine. La station assise prolongée augmente la pression dans les disques lombaires de même que les gestes répétitifs de la saisie engendrent des troubles musculo-squelettiques douloureux (tendinite, syndrome canalaire, bursite, etc). Les muscles et tendons touchés sont essentiellement ceux de la nuque, des épaules, de la région lombaire, des poignés et des mains. De même que le travail monotone génère stress, anxiété et fatigue. Or, ces facteurs psychologiques sont importants dans l’apparition du mal de dos sans oublier l’excès de poids.Quelle que soit son origine (conditions ergonomiques du travail, facteurs génétiques, stress, etc), le mal de dos doit être soigné, car il y va de la santé de la personne, d’un côté, et de sa performance au travail ,d’un autre. Lorsque la douleur devient handicapante et pousse le collaborateur à observer un arrêt de travail, c’est une perte d’argent au grand dam de son employeur. Aux USA, les pertes se chiffrent à plusieurs milliards de dollars par an. Au Maroc, aucun chiffre n’est encore disponible.Les TMS peuvent être réduits si le poste de travail est aménagé de façon ergonomique, en tenant compte de l’anatomie de l’opérateur dans le choix du matériel (fauteuil, table, repose-pied…), précise un professionnel. «Dans la plupart des cas, les sièges ne sont pas réglés et les employés n’ont pas reçu de recommandations là-dessus».Par exemple, un bureau trop bas exige de l’employé de courber le dos, ce qui génère des douleurs et à la longue des déformations. En dehors de la visite annuelle, le médecin du travail doit intervenir régulièrement pour relever les anomalies qui risquent de nuire à la santé des salariés. En cas de problème, il peut demander à l’employeur des adaptations de postes. «Il suffit que le médecin de travail ait une bonne relation avec le chef d’entreprise ou le DRH pour régler ce problème. Généralement tout s’arrange facilement, sauf dans le cas où le salarié a un profil très rare et qu’il est pratiquement le seul à savoir effectuer ce travail», explique Dr Benamour.


Conseils pratiques

Parfois, de simples gestes suffisent à éviter de longues heures de souffrance, de douleurs dorsales:1- Pratiquer un sport sans excès; 2 - Etirer votre dos au réveil; 3 - Pratiquer la respiration abdominale; 4 - Plier les jambes pour ramasser un objet; 5 - Eviter de porter des charges lourdes; 6 - Penser à corriger votre position assise: on a souvent tendance à cambrer le dos sous prétexte de le tenir droit; 7 - Si vous êtes conducteur, prenez bien garde à ne pas être trop éloigné du volant: les coudes doivent être naturellement fléchis; 8 - Le dossier de votre voiture doit être le plus vertical possible et, surtout, le siège doit être très ferme; 9 - Sachez adopter une bonne position debout: le bassin doit être légèrement basculé en arrière. Il doit cependant rester libre et souple. Les épaules sont également libres, en bas et en arrière. La poitrine est légèrement bombée; 10 - En position couchée, si vous avez l’habitude de dormir sur le ventre, soyez sûr que votre matelas est très ferme et n’utilisez surtout pas d’oreiller. Si, comme la plupart des gens, vous dormez sur le dos ou sur le côté, votre matelas doit être semi-ferme. L’oreiller n’est pas néfaste à condition qu’il ne soit pas trop volumineux et qu’il soit bien ferme. Source: www.doctissimo.fr


Pour vous relaxer

Pour les personnes souffrant de mal de dos, des séances de thalassothérapie sont les bienvenues. Outre la station thermale de Moulay Yacoub, quelques hôtels offrent cette cure naturelle qui combine le soleil, l’iode et l’eau salée. Il s’agit de Riu Tikida Beach (Agadir), Centre le Lido de Riad Salam (Casablanca), Dorint Atlantic Palace (Agadir), la Mamounia (Marrakech), Sofitel Thalassa Marina Smir (Tanger), etc.Le potassium, le magnésium et l’iode, dont l’eau de mer est riche, favorisent et régénèrent de nombreuses fonctions en soignant et en prévenant les problèmes suivants: les traumatismes, rhumatismes, maladies neurologiques, maladies du cœur, problèmes de circulation du sang, etc. Différentes techniques sont utilisées: l’hydromassage, la gymnastique aquatique, les boues, les jets et les douches à température variable.Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc