×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Dossiers

Emploi & Carrière
Avis d’expert
«Le travail est indispensable à tout équilibre»
Ghita Msefer, psychologue et psychanalyste

Par L'Economiste | Edition N°:2237 Le 20/03/2006 | Partager

. L’Economiste: L’exercice du travail peut-il révéler des maux chez l’individu?- Ghita Msefer: Le travail peut réveiller des souffrances chez l’être humain et plus particulièrement lorsqu’il y a des souffrances à la fois personnelles et professionnelles, des problématiques non résolues et jusque-là latentes. Ces souffrances peuvent refaire surface notamment quand les conditions professionnelles ne sont pas favorables. En même temps, le travail est indispensable à tout équilibre, à tout épanouissement et à tout sentiment d’évolution. Il est même très difficile de s’épanouir durablement sans activité professionnelle. Je remarque chez les personnes qui n’ont pas d’activité professionnelle le risque de déprime est plus élevé.. Comment réagissez-vous lorsqu’un patient vit le travail comme une souffrance ?- Il s’agit là, pour chacun, de comprendre à quel point le travail est un choix. Souvent, je m’entends dire que «je n’ai pas le choix, je suis obligé de travailler pour subvenir aux besoins de ma famille». Dès lors, je réponds que «si vous ne travaillez pas, que va-t-il se passer?». On me répond que «je ne pourrai pas nourrir ma famille, scolariser mes enfants, …». Et je réplique en indiquant que grâce à son activité professionnelle, il a le choix entre offrir une vie plus ou moins correcte à soi-même, à sa famille et réagir en conséquence. Toutes les personnes ne réalisent pas les mêmes choix. Il est à noter que celles privées de ce choix de travail peuvent souffrir, y compris avec une certaine condition matérielle.. Quelle est votre appréciation de la psychologie du travail au Maroc?- C’est une activité qui est amenée à se développer, et ce, pour différentes raisons, notamment par une large prise de conscience pour le développement de réelles capacités professionnelles. J’entends par, là que chacun comprenne à quel point il ne suffit plus d’obtenir un diplôme pour réussir un entretien de recrutement, et encore moins une carrière. Les employeurs exigent de leurs collaborateurs et d’eux-mêmes, d’ailleurs, un esprit d’ouverture, de rigueur et d’autonomie, ainsi que de fortes capacités d’anticipation et de réactivité. Or, ces qualités, indispensables à toute évolution personnelle et professionnelle, s’apprennent et se développent. C’est le rôle que joue le psychologue du travail au travers de techniques de travail et de soutien aux salariés. Propos recueillis par Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc