×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Emploi & carrière
    Arabie saoudite: Plan pour nationaliser l'emploi dans le commerce au détail

    Par L'Economiste | Edition N°:1715 Le 01/03/2004 | Partager

    . Il concerne 25 activités et court sur trois ans. Acte I: Les expatriés délogés des métiers de l'or. Le secteur est dominé par les Indiens et YéménitesLa décision du gouvernement de Riyad de réserver l'emploi dans le secteur de l'or aux Saoudiens est entrée en vigueur samedi 21 février.«De 25.000 à 30.000 emplois devraient ainsi revenir aux Saoudiens» dans un secteur dominé jusqu'ici par les expatriés indiens et yéménites. C'est ce qu'a indiqué à l'AFP l'économiste saoudien Ihssan Bou Houlaiga. Le gouvernement saoudien avait pris la décision d'exclure les étrangers du secteur de l'or il y a trois ans, de façon progressive. «Aucune nationalité n'est exemptée», a affirmé le quotidien économique saoudien Al-Eqtissadiah. Selon le journal, des inspections seront menées dans les bijouteries pour s'assurer de l'application de la décision. Les réfractaires seront punis et les expatriés toujours employés, expulsés. «Il est trop tôt pour dire si la «saoudisation» du secteur s'opère facilement mais les réactions sur le terrain sont encourageantes», a déclaré le secrétaire général du Conseil saoudien de l'emploi, Abdelwahed al-Houmayyed, interrogé par l'AFP au premier jour de l'application de la décision gouvernementale. Cette mesure marque la première étape d'un plan visant à nationaliser l'emploi dans 25 activités du commerce au détail sur trois ans, a-t-il ajouté. En vertu de ce plan, les employeurs sont tenus d'engager au moins un Saoudien au cours de la première année. Leurs salariés doivent être à 50% des Saoudiens à la deuxième année et cette proportion devrait monter à 75% à la troisième année à l'exception des secteurs où la «saoudisation» devrait devenir totale.


    Taux de chômage: 30 ou 10%?

    L'économiste Bou Houlaiga a jugé exagérées les estimations plaçant le taux de chômage à 30% dans le royaume. Il serait de 10%, ce qui est déjà, à ses yeux , «très élevé» dans un pays où les expatriés représentent 67% de la main-d'oeuvre. Bou Houlaiga s'est également élevé contre l'idée que le chômage progressait en Arabie saoudite à cause du refus de nombreux citoyens d'exercer les petits métiers que prennent les expatriés. «Les Saoudiens veulent travailler comme tous les autres», mais les employeurs ont tendance à préférer les expatriés qui acceptent de bas salaires, a-t-il dit. Selon lui, la croissance de la proportion des emplois occupés par des Saoudiens dans le royaume doit aller de pair avec une réduction du nombre des expatriés. Quelque 3 millions d'étrangers risquent durant les prochaines années de payer le prix de la politique arrêtée en février 2003 par le gouvernement de Riyad. Celle-ci tend à réduire le nombre des employés étrangers et de leurs familles à moins de 20% de la population du royaume en 2013. Le nombre des expatriés en Arabie est estimé entre six et sept millions, pour une population autochtone de quelque 17 millions.(Avec AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc