×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    «Pour faire bouger les choses, il faut dénoncer l’injustice«
    Entretien avec Jamal Chaârani, directeur des achats de Poste Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:2560 Le 02/07/2007 | Partager

    . Appels d’offre: Poste Maroc fixe les règles du jeu,les entreprises peuvent les contester. Quand elles les acceptent, elles doivent, logiquement, en accepter le résultat. L’Economiste: Comment se font les achats au niveau de la DAL- Jamal Chaârani: La règle est de faire systématiquement appel à la concurrence. Cela dépend de plusieurs facteurs: le montant de l’achat, le degré d’urgence et la spécificité de la prestation (ou produit). Plus concrètement, à partir de 30.000 DH, nous procédons à un appel d’offres ouvert. En dessous de ce chiffre, nous avons recours à la consultation directe. Quand il y a urgence et que le montant de l’achat est inférieur à 500.000 DH, nous avons la possibilité d’attribuer le marché directement par bon de commande. Exemple: au milieu de l’achèvement d’un chantier, il s’avère nécessaire de commander une prestation supplémentaire pour sa bonne exécution. Arrêter le chantier pour laisser la voie libre à une procédure d’appel d’offres supplémentaire est non seulement plus coûteux, mais irrationnel. Il y a des cas de verrouillage technologique où l’on est obligé de passer par le même fournisseur. Une machine qui ne peut fonctionner qu’avec un logiciel déterminé par exemple.Par ailleurs, dans le cadre des marchés pluri-annuels (4 à 5 ans), il y a une clause de tacite reconduction. Elle est assortie toutefois d’une clause de résiliation du contrat en cas de défaillance du prestataire. Ce dernier peut se voir complètement exclus (temporairement) des soumissions. Ce type de contrat a l’avantage de garantir les mêmes prix sur une longue durée.. L’Economiste: Quelles mesures prenez-vous pour garantir la transparence?- Tout d’abord, les termes de référence (TDR), les critères d’attribution des marchés et la grille de notation sont fixés par le service utilisateur de la prestation. Il est, plus que quiconque d’autre, connaisseur de ses besoins. La DAL s’assure du caractère non discriminatoire des TDR et de la cohérence de la grille de notation. Ensuite, les membres de la commission d’ouverture des plis sont désignés parmi les services utilisateurs, la DAL, la direction financière et le contrôle des engagements et paiements. Enfin, les experts de la sous-commission technique sont désignés à l’issue de l’examen des dossiers administratifs et techniques. Leur travail se limite à l’étude des offres techniques, sur la base des critères de l’appel d’offres.Les marchés ne sont pas attribués au moins-disant mais au mieux-disant. Référez-vous au décret du 30 décembre 1998. Aussi bien la compétitivité financière que la performance technique sont prises en compte. Une fois le marché attribué, trois niveaux de contrôle se passent le relais: les niveaux local et central plus un niveau intermédiaire (grande nouveauté) qui est celui de la maîtrise d’ouvrage déléguée.. L’Economiste: Mais ces garde-fous n’ont pas empêché PM de lancer un appel d’offres excluant la majorité des opérateurs du marché de la location des utilitaires- Effectivement, c’est un cas que j’ai eu à résoudre. J’ai reçu tous les professionnels du marché pour formuler un cahier des charges vraiment concurrentiel. On a relancé un nouvel appel d’offres qu’a remporté Wafa LLD. Il était à la fois le moins-disant et, techniquement, le plus performant.. L’Economiste: Pourquoi les opérateurs se plaignent toujours de discrimination?- Poste Maroc fixe les règles du jeu à travers le cahier des charges. Ses spécifications sont consultables pour tout le monde et contestables aussi. Par ailleurs, les opérateurs qui soumissionnent sont obligés de parapher toutes les pages des cahiers des prescriptions spéciales (CPS) et des référentiels clients (RC). Cela signifie qu’ils acceptent ces règles. Ils doivent, en toute logique, ne pas en contester le résultat.Savez-vous que les entreprises peuvent, en cas de doute sur la transparence d’un appel d’offres, aller jusqu’à saisir la commission des marchés qui est placée au niveau de la Primature. Cette dernière peut ordonner l’arrêt pur et simple d’un appel d’offres. C’est une opportunité qui n’est pas exploitée. Les entreprises ont peur de faire l’objet de représailles.Le même commentaire peut-être fait au sujet des intérêts moratoires (de retard) que n’osent pas appliquer les opérateurs à l’entreprise publique. Mais, si l’on veut que les choses bougent, il faudra bien prendre des risques un jour.


    L’affaire Accent

    Le mois d’avril passé, Poste Maroc était au cœur d’une polémique sur fond d’attribution d’un marché de 1.057 ordinateurs à Dell. Accent, entreprise marocaine, s’est estimée lésée étant donné qu’elle était de loin la moins-disante. La sélection s’est faite en retenant un barème de notation favorisant plus le volet technique (www.leconomiste.com). Propos recueillis par Nabil TAOUFIK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc