×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière60.000 étudiants étrangers reçus au Maroc depuis 2000

    Par L'Economiste | Edition N°:2580 Le 31/07/2007 | Partager

    SAVEZ-VOUS qu’en matière d’accueil des étudiants étrangers le Maroc fait aussi bien que l’Allemagne, le Japon et la France?! Cette agréable grande surprise on la doit au rapport de l’OCDE sur les perspectives des migrations internationales. Ce dernier révèle que depuis 2000, ces pays, y compris le Maroc, ont reçu 60.000 étudiants chacun. Serait-ce là un domaine où le Royaume a su devenir compétitif?En fait, l’attractivité du Maroc en tant que destination pour les étudiants étrangers peut-être expliquée principalement par un facteur de coût au sens large. Peu de barrières à l’entrée sont dressées: L’obtention d’une inscription dans un établissement supérieur marocain est nettement plus facile que dans les autres pays à condition de passer par la voie de la coopération internationale. Il n’y a pas de problèmes de visa d’études ou de langues d’étude. La proximité culturelle et le capital sympathie contribuent aussi à favoriser le choix du Maroc. C’est le cas notamment pour des étudiants originaires de pays musulmans comme le Sénégal, la Mauritanie, le Niger ou le Gabon.La proximité géographique n’est pas un élément décisif, mais peut être citée comme facteur facilitateur. Mais les raisons les plus déterminantes sont le fait qu’au Maroc, la sélection est plus «cool». Pour preuve, le pays était le premier à ouvrir ses portes aux non-bacheliers. Un vrai boulevard pour ces derniers. De plus, pour des formations comparables, les prix Maroc restent imbattables comparés aux pays européens.Le durcissement des politiques d’immigration de ces derniers à lui aussi contribué, et pour beaucoup, à ce que la cote du Maroc remonte.A priori le Maroc serait plus accueillant que les autres pays. Les manifestations de racisme sont, en fait, plus liées à un problème de langue et de culture qu’à des éléments de couleur ou de race. Ainsi, un Marocain de la ville pourrait avoir le même réflexe d’appréhension vis-à-vis d’un étranger que pour un Marocain qui vient de débarquer de la campagne.Les petits désagréments dus aux contrôles d’identité systématiques auxquels peuvent faire face les étudiants étrangers dans certains pays ne sont pas monnaie courante au Maroc.Bon indicateur de l’ouverture ou non d’un pays aux étrangers, l’intégration après le diplôme dans le marché de l’emploi. La réalité professionnelle vécue le prouve: beaucoup d’étrangers ne retournent pas au bercail. Ils intègrent les entreprises marocaines, se marient et vivent au Maroc.N. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc