×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Emigration subsaharienne
    Les techniques de manipulation algérienne

    Par L'Economiste | Edition N°:2132 Le 18/10/2005 | Partager

    . Les drames des clandestins à des fins de propagande politiqueNouveau rebondissement dans le feuilleton de l’émigration clandestine subsaharienne. Cette fois-ci, la nouveauté vient du côté de l’Algérie et du Polisario qui utilisent ces drames humains pour la propagande politique. Le Premier ministre, Driss Jettou, a vigoureusement réagi en dénonçant l’instrumentalisation de cette situation qui nécessite au contraire l’effort et la coopération de tout le monde. L’Algérie est donc interpellée pour assumer ses responsabilités en ce qui concerne le transit par son territoire des flux d’émigrés clandestins. Pis, elle opère des tentatives de manipulation en relation avec la question nationale qu’est le Sahara marocain, a précisé Driss Jettou, lors d’une rencontre avec la presse, en compagnie d’autres ministres, dimanche soir. De quoi s’agit-il en fait? L’Algérie et le Polisario ont regroupé 92 Subsahariens dans un camp près de Tindouf, sur le territoire algérien, en prétendant les avoir récupérés dans le désert du Sahara. Ils ont alors ameuté les associations et la presse pour discréditer le “Maroc qui abandonne dans le désert des émigrés subsahariens”. Faux! rétorque Nabil Benabdallah, porte-parole du gouvernement. Le ministre de la Communication a été catégorique: “Le Maroc n’a reconduit personne vers la frontière du Sud”.En réalité, le Polisario veut inverser les rôles. Alors qu’il organisait le trafic d’êtres humains pour soutirer des fonds, le voilà qu’il recherche une nouvelle virginité, en se présentant comme le défenseur des droits des émigrés, dira Mostapha Sahel, ministre de l’Intérieur. Pire, il détourne l’attention en parlant de “territoires libérés” alors que c’est une zone aménagée volontairement entre le mur de sécurité et la frontière en septembre 1991 pour éviter la confrontation directe avec l’armée algérienne, précise Taieb Fassi Fihri, ministre délégué des Affaires étrangères. Pour lui, cette action a été menée dans le cadre du cessez-le-feu. Ce secteur est vide de toute activité civile ou militaire. Le mur de défense n’est pas une frontière mais un ouvrage de sécurité, a rappelé le diplomate.Rabat a saisi la Minurso, comme à l’occasion d’autres violations constatées de l’accord du cessez-le-feu. La mission de l’Onu au Sahara doit prendre ses responsabilités et appliquer l’accord, a souligné le ministre.Il est incontestable qu’avec cette manœuvre, le Polisario vise à conforter l’idée qu’il a un “territoire libéré” et qu’il contrôle l’espace et les flux migratoires, a martelé Fassi Fihri. Tout cela a été monté au moment de la tournée au Maghreb de Peter Van Walsum, représentant de Kofi Annan pour le Sahara. Pour Mohamed Benaïssa, chef de la diplomatie marocaine, “cette exploitation de marketing humanitaire à des buts politiques est inacceptable. L’Algérie essaie de mettre le Maroc devant le fait accompli avec cette histoire de territoires libérés”. Cela a été signalé au représentant de Kofi Annan lors de son déplacement la semaine dernière à Rabat. Van Walsum est au courant de cette affaire, a lu toutes les correspondances et en a pris acte, ont souligné les ministres présents lors de la rencontre.


    Cas des Sénégalais

    Le Maroc a signé une convention de libre-établissement avec le Sénégal qui permet à ses ressortissants de s’installer où ils veulent sur le territoire marocain. Or, sur les 2.500 émigrés rapatriés, une grande partie sont des Sénégalais. En principe, Rabat ne doit pas les expulser. Selon le gouvernement, ils ne sont pas intéressés par le Maroc, mais par l’Europe. M.C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc