×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Emigration clandestine
Rabat et Madrid cherchent une parade

Par L'Economiste | Edition N°:2126 Le 10/10/2005 | Partager

. Miguel Angel Moratinos attendu aujourd’hui au MarocLes discussions entre le Maroc et l’Espagne sur l’immigration clandestine démarreront aujourd’hui. Miguel Angel Moratinos, le ministre espagnol des Affaires étrangères, est attendu à cet effet à Rabat. Cette visite intervient à l’heure où les deux pays font l’objet de vives critiques de la part de la communauté internationale et d’ONG dans le traitement des clandestins. L’Espagne et le Maroc vont réclamer l’aide des humanitaires internationaux pour porter assistance aux émigrants illégaux, selon El Mundo, et la mobilisation urgente de l’Organisation internationale des migrations et la Fédération internationale de la Croix-Rouge. Ce sera la priorité de Moratinos qui espère, selon El Mundo, conclure un «accord politique» dans ce sens avec le Maroc. Kofi Annan, le secrétaire général des Nations unies, a lancé un appel urgent aux gouvernements pour qu’ils «recherchent les moyens d’œuvrer ensemble à une gestion plus efficace des migrations». Quant au Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), il a entamé des discussions avec le Maroc et l’Espagne pour s’assurer que les réfugiés bénéficient d’un traitement équitable.Médecins Sans Frontières a accusé le Maroc d’avoir «déporté» 500 clandestins dans le désert sans la moindre assistance. Des accusations rejetées par le porte-parole du gouvernement marocain Nabil Benabdallah. Reste qu’au lendemain de ces accusations, le Maroc a organisé le regroupement de 300 émigrants sénégalais dans le centre de Bouarfa avant leur rapatriement. L’ambassadeur du Sénégal, qui se trouve sur place, a déclaré à l’AFP: «Nous attendons également l’arrivée de 189 Sénégalais, interpellés à Nador. Nous pensons gagner Oujda dans la journée (dimanche) et avec l’aide des autorités marocaines, j’espère pouvoir rapatrier en avion mes 490 compatriotes vers Dakar».Des diplomates maliens et guinéens se trouvaient également à Bouarfa.L’expulsion d’émigrants africains d’Espagne vers le Maroc a été organisée en vertu d’un accord de rapatriement de clandestins signé en 1992 par les deux pays. Jusque-là, cet accord n’avait presque jamais été appliqué. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc