×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Emaar: Bénéfices en baisse

    Par L'Economiste | Edition N°:3394 Le 29/10/2010 | Partager

    . Les prix de l’immobilier ont plongé de plus de la moitié. Forte hausse du coût des ventesEmaar, le géant de l’immobilier de Dubaï, a annoncé mercredi dernier des bénéfices trimestriels nets en baisse de 7% à 612 millions de dirhams (166,8 millions de dollars) au 3e trimestre de cette année, contre 655 millions de dirhams au cours de la même période de 2009.Dans un communiqué, le groupe, propriétaire de Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, indique que ses revenus ont progressé de 43% à 2,8 milliards de dirhams durant la même période. Cependant, le bénéfice a été plombé par la forte hausse du coût des ventes, qui a doublé sur un an, passant de 852 millions à 1,75 milliard de dirhams.«Notre stratégie de développement dans les centres commerciaux et les loisirs rapporte d’importants revenus, ce qui souligne notre engagement à faire des investissements de long terme» dans ces secteurs, a déclaré le président d’Emaar, Mohamed Alabbar, cité dans le communiqué. «Les défis inhérents à la crise financière mondiale sont derrière nous et nous entrons dans une nouvelle phase de croissance», a-t-il ajouté.Emaar indique que ses bénéfices nets pour les 9 premiers mois de 2010 ont atteint 2,2 milliards de dirhams, contre des pertes de 393 millions de dirhams durant les 3 premiers trimestres de l’an dernier. Les revenus du groupe ont été confortés par la livraison d’appartements et de bureaux à Burj Khalifa au 1er semestre 2010.Le secteur de l’immobilier, un temps florissant à Dubaï, a été lourdement touché par la crise financière. Le prix du bâti a plongé de plus de la moitié depuis.Emaar, détenue en partie par le gouvernement de Dubaï, possède Dubai Mall, le plus grand centre commercial de l’émirat. Il est en partenariat avec Giorgio Armani pour renforcer sa présence dans l’hôtellerie et a ouvert cette année le premier hôtel Armani à Burj Khalifa.Par ailleurs, Emaar, présent également au Maroc, compte sur ses projets immobiliers réalisés en Turquie et au Pakistan ou ceux menés en Arabie saoudite, en Jordanie, en Egypte et en Syrie notamment pour augmenter ses revenus.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc