×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Elevage bovin : Un marché moderne pour les races pures

    Par L'Economiste | Edition N°:232 Le 30/05/1996 | Partager

    L'élevage des bovins de race pure se développe de plus en plus au Maroc, utilisant des méthodes modernes et des moyens technologiques avancés. Cependant, le circuit de commercialisation demeure archaïque. Le premier marché moderne vient d'être mis en place dans la région des Doukkala à Sidi Bennour.


    L'Office Régional de Mise en Valeur Agricole des Doukkala (ORMVAD) et l'Association des Eleveurs de Bovins de Race Pure des Doukkala (AREB) ont organisé la première foire des bovins de race pure. Cette opération, qui a eu lieu les 24, 25 et 26 mai 1996, entre dans le cadre d'une stratégie globale d'amélioration et de développement des productions animales, élaborée par l'ORMVAD depuis une décennie. Pour sa première édition, cette foire a accueilli les commerçants de matériel lié aux activités de l'élevage et les producteurs d'aliments de bétail. En outre, afin d'encourager les éleveurs et les autres opérateurs du secteur de l'élevage, tous les participants ont bénéficié de la gratuité des stands.

    Pour l'ORMVAD, la foire sera permanente et permettra d'encourager les éleveurs à acquérir des vaches de race pure, en évitant le circuit classique de commercialisation (le souk) qui ne permet pas de maîtriser les mouvements des bovins. Il a été constaté que le marché traditionnel ne garantit pas contre la vente pour l'abattage. Or, les bovins de race pure, et notamment les reproducteurs, ne doivent pas être abattus puisqu'ils représentent un capital difficile à constituer et à maintenir. Ainsi, la foire des Doukkala offrira aux éleveurs de la région l'opportunité de "valoriser et de mieux rentabiliser leurs produits de qualité".
    Pour la première édition, les responsables estiment que la foire a réussi à intéresser les éleveurs et les autres opérateurs du secteur aussi bien les locaux que ceux des autres régions du pays. L'exposition a accueilli 274 bovins, dont 78 vaches laitières, 140 génisses et 56 taurillons. En outre, 4 races étaient représentées, à savoir la pie noire, la pie rouge, le charolais et le Montbéliard.
    L'élevage des bovins de race pure dans la région des Doukkala porte sur 220.000 têtes dont 90.000 vaches laitières. Ces dernières se répartissent en race locale avec 15.300 têtes et 17% du total, race croisée totalisant 58.500 têtes et 65% et race pure pour 16.200 têtes et 18% du total.

    La race locale perd du terrain


    L'évolution constatée entre 1980 et 1995 dénote par ailleurs une tendance prononcée pour les races croisée et pure. En 1980, alors que les bovins de race locale représentaient 40%, les races croisée et pure arrivaient à peine à 59% et 1% respectivement. En 1995, la race locale ne représentait plus que 28%. En revanche, la race croisée est passée à 68% du total et la race pure à 4%. Deux mouvements favorisent l'augmentation relative des bovins de race pure. Le premier est l'importation des génisses, qui a porté sur 2.761 têtes en 1995 contre 3.623 en 1992 et seulement 141 en 1988. Sur toute la période allant de 1990 à 1995, les sociétés d'industrie laitière qui financent en partie ces opérations ont importé plus de 8.000 génisses. Pour l'année en cours, les responsables de l'élevage estiment que les importations atteindront 4.021 têtes.
    Le deuxième mouvement a trait aux opérations d'insémination artificielle. Bien qu'introduite dans la région dès les années soixante, il a fallu attendre 1990 pour que cette technique soit établie en tant que moyen principal de diffusion du matériel génétique. Depuis cette date, l'insémination artificielle a évolué au rythme de 350% par an. Grâce à la collaboration entre l'ORMVAD et l'Association Régionale des Bovins de Race Pure (AREB), 15 unités mobiles ont réalisé 30.975 opérations d'insémination artificielle en 1995, ce qui représente plus de la moitié de la prestation nationale.

    Toutefois, l'opération ne couvre que 30% des vaches laitières. L'ORMVAD et l'AREB prévoient d'atteindre le taux de 75% dans un proche avenir. Il est à noter à ce propos que l'Association Régionale des Bovins de Race Pure prend à sa charge le tiers des dépenses d'insémination artificielle.
    D'autre part, le nombre des pépinières implantées pour la multiplication des reproducteurs, par la sélection des génisses et des géniteurs, a augmenté à 45 unités, avec un effectif de 1.000 vaches contrôlées.
    Les efforts entrepris pour améliorer l'élevage ont eu pour résultat l'amélioration de la lactation moyenne. De 4.223 litres par vache et par an en 1990, elle s'est établie en 1995 à 5.600 litres, soit une augmentation de 32,6%. Pourtant la région reste en deçà du niveau de production potentielle qui est estimée par l'ORMVAD à 180 millions de litres dont 110 millions commercialisables à court terme.
    L'amélioration génétique des vaches laitières d'une part et l'augmentation des effectifs, d'autre part, ont eu pour conséquence une amélioration sensible de la production et de la commercialisation laitières.

    Hakim ARIF



    Lait: 75 coopératives et 154 millions de litres


    L'organisation de l'activité de l'élevage dans la région des Doukkala est le fait de 75 coopératives regroupant 25.000 adhérents et de cinq associations locales: Zemamra (créée en 1990), Sidi Bennour (1991), Ouled Frej (1992), El Gharbia (1992) et Aounat (1995). Ces cinq associations sont chapeautées par l'Association Régionale des Eleveurs de Bovins de Race Pure des Doukkala. Créée en 1990, cette association est financée par les contributions de ses adhérents qui doivent lui céder entre 2 et 4 centimes par litre de lait commercialisé, selon les régions. Parmi ses objectifs, l'AREB vise à augmenter la production laitière qui a connu depuis quelques années une nette amélioration.
    La quantité produite a atteint 154 millions de litres en 1995 pour une capacité de production de 228 millions. Cette production se répartit entre les arrondissements à hauteur de 33,2% à El Faregh (26,6% de l'effectif des vaches laitières), 31% à Sidi Bennour (40%), 27% à Zemamra (22,2%) et 8,4% à El Gharbia (10%). Il est à remarquer la faiblesse de la productivité à Sidi Bennour qui, avec 40% de l'effectif des vaches laitières des Doukkala, ne produit que 31% du lait de la région. En revanche, El Faregh, avec 26,6% de l'effectif, réalise 33,2% de la production régionale.

    Concernant la commercialisation, la région est passée de 18,8 millions de litres commercialisés en 1988 à 66,8 millions de litres en 1994, soit une croissance annuelle moyenne de 24%. La quantité commercialisée en 1995 a, quant à elle, atteint 70 millions de litres, enregistrant une amélioration de 5,2% par rapport à 1994, malgré la sécheresse exceptionnelle. Le lait produit dans la région est acheté par trois entreprises laitières. Ainsi, 61% du total va à la Centrale Laitière, 31% à Nestlé Maroc et 7% à Superlait.
    Par arrondissement, Sidi Bennour, qui regroupe 40% des vaches laitières, livre 44% du lait, suivi de Zemamra avec 26%, El Faregh 23%, El Gharbia 4% et Aounat 4%.
    Selon l'ORMVAD, il existe trois étapes dans l'évolution de la production laitière dans la région des Doukkala.
    La première qui va de 1966 à 1983 est considérée comme l'année du lancement avec la création de plusieurs coopératives et l'organisation de cette activité. La deuxième, de 1984 à 1988, est une période de stagnation causée par la limitation par la société cliente de la quantité de lait à commercialiser. Enfin, la troisième étape, de 1989 à 1995, a connu une nette expansion avec un taux de croissance de la production de 24%.

    Hakim ARIF.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc