×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Electrification rurale : Le deuxième axe stratégique de l'ONE

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager

    Dans 15 ans, tous les Marocains auront l'électricité, car il reste encore 1.500.000 foyers à électrifier. Le défi est certes grand, mais l'ONE met le paquet pour y parvenir. Une mobilisation en hommes, en idées et en moyens s'opère chaque jour et le plan d'électrification rurale global est né.


    L'ONE se met à fond dans l'électrification rurale. "C'est une dynamique d'ensemble, la liquidation des opérations entamées et le lancement de nouvelles actions, l'objectif étant d'électrifier 100.000 foyers par an".
    "Passer de la vitesse train de marchandises au TGV" et surtout "bannir le train-train habituel" sont les formules en service à la Direction de l'ONE, souligne M. Abderrahmane Sekkaki, directeur-adjoint chargé de l'Electrification rurale. "La tâche est difficile, et le dernier Marocain n'aura l'électricité que dans 15 ans" , mais "à coups d'imagination active pour trouver les astuces, nous pourrons y arriver".

    Les chandelles

    En fait, combien de personnes sont obligées de dîner aux chandelles continuellement? Et cela n'a rien de romantique. Ils sont estimés actuellement à 1.500.000 foyers à vivre leur vie nocturne à la lumière des bougies. Les tâches les plus simples deviennent compliquées. Plus, les dépenses des foyers ruraux en bougies, en gaz, batteries, etc dépassent ce qu'ils payeraient en factures d'électricité. "Une étude a estimé ces dépenses aux environs de 100 DH mensuels. Avec l'électricité, et pour la même dépense, ils y gagneront dans l'amélioration de leur vie quotidienne et en revenus supplémentaires, car l'électricité permettra également la promotion du monde rural".

    Un taux d'électrification faible

    Avec le PNER I relayé par le PNER II, seulement 400.000 foyers ont été électrifiés depuis 1980 (date de démarrage du PNER I), sur les 1.900.000 électrifiables, soit une cadence de 12.000 foyers électrifiés par an. A ce rythme, 27% seulement des foyers ruraux seront électrifiés à l'horizon 2000. Alors qu'actuellement nos proches voisins affichent des taux d'électrification supérieurs à 70%, le Maroc n'en est qu'à 21%.
    "C'est un effort gigantesque et spectaculaire qu'il faut entreprendre pour arriver à un taux d'électrification de 100%". L'ONE, agissant comme opérateur au niveau des programmes nationaux d'électrification rurale, s'investit entièrement et prend en charge cette électrification. L'Office en fait un axe stratégique prioritaire. Afin d'atteindre ce but, une direction nouvelle a été créée au sein de l'ONE, la Direction de l'Electricité rurale. M. Sekkaki, une personne très expérimentée, est nommé directeur général-adjoint chargé de l'électrification rurale. Le but est de donner à cette entité tous les moyens lui permettant d'atteindre ses objectifs.

    Les anciens programmes ont buté sur la faiblesse des moyens. Les collectivités locales, pouvant supporter jusqu'à 100% du financement des programmes d'électrification, avaient de lourdes charges. "A titre d'exemple, comment une commune rurale à faibles revenus pourrait-elle électrifier les nombreux villages de son ressort?".
    Pour contrecarrer cette insuffisance, le PERG (Programme d'électrification rurale global) associe plusieurs partenaires. Un nouveau montage financier a été mis en oeuvre, l'efficacité étant assurée par la multiplicité des intervenants: ONE, collectivités locales, citoyens bénéficiaires de l'électrification et citoyens déjà branchés en électricité.
    "Les essais sont en cours et les résultats sont encourageants. Ce programme est même très sollicité, soutient M. Sekkaki, plusieurs personnes nous appellent et nous proposent de signer des conventions pour électrifier leur village".
    "Les tests, ajoute M. Sekkaki, sont une réponse à des besoins urgents, avec une mise en mouvement de la nouvelle dynamique dans le cadre d'une action tous azimuts".

    Malika EL JOUHARI


    PERG: Explication d'un programme ambitieux


    "Le PERG se différencie par son ambition, sa cadence, sa globalité et son financement": c'est ainsi que M. Sekkaki, directeur de l'Electrification rurale au niveau de l'ONE, résume un programme qui sortira peut-être le monde rural de l'obscurité.
    Ce programme d'électrification rurale global a été adopté par le conseil de gouvernement tenu le 8 août 1995. Dans son ambition d'électrifier d'ici l'an 2010 tous les foyers ruraux, le PERG met en place un nouveau montage financier. Il s'agit de "mobiliser près d'un milliard annuellement et ceci pendant 15 ans. C'est énorme". L'investissement annuel réalisé actuellement est de 300 millions de DH et ne représente que 30% des besoins. Aussi une participation de tous les intervenants est-elle prévue.
    L'ONE prend ainsi en charge 55% du programme, soit 550 millions de DH par an. 20% seront prélevés sur les fonds propres de l'ONE et les 35% restants seront prélevés auprès de l'ensemble des usagers. En effet, la nouvelle tarification comprend une taxe de développement de 2,14 cts sur le KW. "Ce prélèvement sera fixe et ne dépendra pas de la tarification usuelle jusqu'à l'électrification totale du Royaume".

    Le reliquat sera apporté par les communes à raison de 20% de l'électrification de leur localité. Les nouveaux abonnés apporteront les 25% restants. "Le payement pourra être étalé sur 7 ans, soit 40 DH mensuels".
    Quant au mode d'électrification, il se fera soit par extension du réseau, soit par réseaux décentralisés dans les zones isolées.
    Par ailleurs, l'ONE a révisé à la baisse les coûts de construction des infrastructures à la campagne. "Les actions entreprises ont permis de passer d'un coût de 13.000 DH par foyer en 1993 à 9.000 DH par foyer en 1995. Cette procédure et l'augmentation du budget annuel permettent de quadrupler le vitesse de l'électrification rurale".
    En ce qui concerne le choix des villages à électrifier, une liste sera proposée par l'ONE à la Commission interministérielle d'électrification rurale(1). La CIER doit veiller à la conformité du choix des villages aux priorités budgétaires et gouvernementales. "L'électrification se faisant par grappes, la priorité est donnée aux villages les plus proches du réseau", explique M. Sekkaki.

    Malika EL JOUHARI.






    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc