×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Electricité: Une seule tarification pour la basse tension

    Par L'Economiste | Edition N°:3240 Le 25/03/2010 | Partager

    . Le tarif «usage domestique» profitera à 1,33 million de ménages . On paiera ce que l’on consommeraBAISSE de la facture d’électricité… C’est l’impact attendu de la suppression du double régime de tarification du dahir de 1954 relatif au prix de l’électricité. Ce texte, entériné par le Conseil des ministres et qui doit être discuté au Parlement, entraînera le basculement de près de 1,33 million de nouveaux ménages vers le régime de tarification «usage domestique» en vigueur depuis quelques années. En tout, cela concernera 5,48 millions de foyers. «Ce régime est plus simple et plus équitable dans le sens où il opère une facturation sur la base de l’électricité effectivement consommée et à un tarif non majoré», souligne le ministère chargé des Affaires économiques. Aujourd’hui, trois régimes coexistent: celui à usage domestique, l’abonnement avec un minimum de consommation et l’abonnement sans garantie de consommation. Ces deux derniers sont jugés discriminatoires. «La pluralité de systèmes de tarification, en dehors d’une information transparente de l’usager, crée des discriminations contraires au principe de l’égalité de traitement devant le service public», peut-on lire sur la note de présentation du projet de loi.Dans le cas de l’abonnement avec garantie d’un minimum de consommation, l’usager est facturé pour l’électricité effectivement consommée. Mais il s’acquitte aussi d’un surplus à la fin de l’année pour l’électricité non consommée. Celle-ci est facturée à 70% du tarif et à concurrence du forfait souscrit. Cette tarification concerne près de 980.000 ménages et encourage la consommation pour l’épuisement du forfait choisi. Ce qui va à l’encontre de la politique du ministère de l’Ene-rgie et des Mines qui a mis en place une stratégie d’efficacité énergétique. Cette dernière a prévu un ensemble de mesures dont une maîtrise de la demande par le biais entre autres de la généralisation des lampes basse consommation et la mise en œuvre d’une tarification incitative et sociale. Par rapport à l’abonnement sans garantie de minimum de consommation, l’usager est facturé à 120% du tarif pour l’électricité consommée afin d’échapper à l’astreinte du minimum de consommation. Ce qui renchérit la facture puisqu’elle est majorée de 20% du tarif. Ce système touche 350.000 ménages.Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc