×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Electricité: Tendance à la hausse de la consommation industrielle

    Par L'Economiste | Edition N°:738 Le 03/04/2000 | Partager

    . L'ONE vient de rendre public son rapport pour l'année 1998
    . La demande a augmenté de 5,8%


    Après les prévisions relatives à 1999(1), l'Office National d'Electricité (ONE) vient de diffuser son rapport pour l'année 1998. A en juger par les dernières statistiques de l'Office, la demande d'électricité a augmenté de 6,5% durant 99. Ce sont 12.247 Gigawatt/heures (Gwh) qui ont été consommés pendant cette année, soit une hausse de 6,4% par rapport à 1998 (11.510 Gwh) dont 51,8% assurés par les distributeurs. Le dernier rapport de l'ONE confirme la tendance à la hausse de la consommation industrielle. Les ventes en haute tension (HT) et moyenne tension (MT) ont progressé respectivement de 5,7% et de 9,2% entre 1997 et 1998 (à noter que cette hausse s'est consolidée en 1999: 7,3% pour la HT et 5,7% pour la MT).
    L'énergie nette appelée en 1998 a augmenté de 5,8%, indique le rapport. En ce qui concerne la consommation nationale (clients de l'ONE et des distributeurs), les clients très haute et haute tension arrivent en tête avec 53%. Viennent ensuite les opérateurs moyenne tension 32,6% et basse tension 14,4%.
    Selon le rapport, les ventes de l'ONE ont augmenté de 6,63% entre 1997 et 1998. Les industriels occupent 50,7% de part de marché dans ses ventes, suivis des ménages (32,1%), des administrations (6,1%) et des agriculteurs (11,1%). Cette répartition ne prend pas en considération la part de marché des distributeurs.
    La production nationale totale a atteint 11.695 Gwh (dont 6.757 Gwh par les centrales de l'ONE) contre 10.032 Gwh en 1997. L'hydroélectrique a connu une baisse de 14,7% durant la même période. Idem pour la production hydraulique qui a enregistré un recul de 14,7%. Celle-ci, rappelons-le, participe à hauteur de 14,2% dans la satisfaction de l'énergie totale appelée, note le rapport. Rappelons que 1998 a été marquée par une pluviométrie déficitaire.
    L'ONE a baissé ses prix de 6% durant cette année pour la moyenne tension générale et de 1,8% pour la haute tension. «Cette révision des tarifs a également induit celle des tarifs de ventes aux distributeurs, soit moins de 3,4%», indique le rapport. L'Office se prépare d'ailleurs à réduire ses tarifs industriels de 3% pour chaque année (2001-2002 et 2003). Celle-ci concerne la moyenne, la haute et la très haute tension. Elle doit représenter un manque à gagner de 1,9 milliard de DH pour la période 1999-2006, auquel il faut ajouter les financements au PERG. Compte tenu de cette situation, l'ONE se prépare d'ailleurs à vivre une situation financière fragile entre 2001-2004. Pour 1998, l'Office a réalisé un chiffre d'affaires de 9,9 milliards de DH (HT).

    Mohamed DOUYEB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc