×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Electricité: Explosion du marché du photovoltaïque

Par L'Economiste | Edition N°:71 Le 18/03/1993 | Partager

Le CDIGR indique que le marché du photovoltaïque a explosé au cours de ces derniers mois. Il avance même pour la période allant de janvier à juin 1992 un chiffre d'affaires de 100 millions de DH. L'étude ne comprend pas les activités du secteur informel, "secteur qui est très dynamique".

Le Centre de Développement des Energies Renouvelables estime que ce marché a explosé à la suite du programme SAER, qui mettait en contact direct des sociétés locales d'installation de matériel photovoltaïque avec des agriculteurs ou des habitants aisés dans les zones rurales. Les équipements ont aussi concerné l'achat collectif pour l'alimentation de téléviseurs.

Durant l'année 1993, quelque 40 millions de DH sont programmés pour ce projet d'équipement. Les financements sont essentiellement ceux de la Communauté européenne (4éme Protocole).

Près de 26% de l'énergie vient du bois

Le développement de "l'électricité décentralisée", c'est-à-dire produite en dehors du réseau de distribution ordinaire, est impérative: selon le CDER, 75% de la population rurale ne pourra se brancher sur le réseau national de distribution électrique et les extensions de réseaux sont très onéreux (forts investissements publics pour un faible taux de charge combiné à la dispersion des centres).

Le bois de feu sert 25,88% des besoins totaux du Maroc en énergie. C'est beaucoup trop pour un pays qui en est outre menacé de désertification par la déforestation. Les efforts de reboisement ne couvrent pas l'utilisation annuelle du bois de feu.

La biomasse végétale, dont l'utilisation pèse un peu moins lourd dans la désertification, apporte 1,05% des besoins totaux et les énergies renouvelables ne dépassent guère 0,5% dans la couverture de ces besoins.

Le Programme National d'Electrification Rurale, pour sa phase 1 s'est achevée en 1986 (286 villages, 60.000 foyers raccordés dans 21 provinces), avait calculé que le coût du raccordement dépasse 10.000DH par foyer. Le CDER souligne qu'il s'agissait de raccordements faciles à réaliser et estime que le coût moyen du raccordement dans le PNER II sera revenu à 20.000DH par foyer. Le Centre insiste sur "l'électricité décentralisée" en soulignant que les foyers ruraux non raccordés dépensent actuellement plus de 10% de leur revenu pour acquérir des petits consommables énergétiques (piles, pétrole lampant, bougies, gaz...). La dépense relative est nettement plus importante dans le cas de non-équipement que dans le cas où les foyers sont équipés.

Les coûts de production des énergies électriques décentralisées sont très variables, précise le CDER, de 0,50 à 30DH le KWh, soit de toute façon très au dessous des dépenses engagées par les foyers.

Cinq façons de "faire de l'électricité"

IL existe actuellement cinq procédés, bien au point ou relativement au point, pour produire de l'électricité, en dehors du réseau ordinaire.

Ces cinq possibilités sont:

- Le solaire photovoltaïque, qui permet de produire directement de l'électricité. Cette voie de conversion est économique lorsqu'il s'agit de faire des opérations de "pré-électrification", comme l'éclairage, l'alimentation de téléviseurs...

- La micro-centrale hydro-électrique, qui utilise les chutes d'eau pour produire de l'électricité. La puissance est évidemment fonction de site. Il s'agit généralement de puissances comprises entre 500KWatt à 1MWatt. Au-delà, il s'agira de mini-centrales hydrauliques. Le CDER explique que la micro-centrale est le moyen le plus économique existant lorsque les usagers se trouvent à proximité du site de la micro-centrale.

- L'aérogénérateur, qui permet de convertir l'Energie du vent en électricité. Les aérogénérateurs ont beaucoup évolué au cours de ces dernières années, et n'ont plus grand-chose à voir avec les éoliennes d'autrefois. Ils sont même organisés en parcs éoliens comprenant plusieurs aérogénérateurs. Chacun peut produire de 150 à 400KW.. La compétitivité de ce système dépend de la vitesse et de la fréquence des vents.

- Le solaire thermique, qui permet de produire d'abord de la chaleur puis de l'électricité. Il s'agit surtout, précise le CDER, de centrale de puissance. Un projet est à l'étude pour 80MW.

- La biomasse, enfin, qui permet d'utiliser les déchets et résidus agricoles pour produire du biogaz ou de la chaleur puis de l'électricité. Ces techniques ne sont pas encore très au point et le CDER s'attend à des évolutions importantes dans ce domaine.

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc