×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Electricidade de Portugal se désintéresse du Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:918 Le 18/12/2000 | Partager

    . Le groupe portugais ne se retire pas de la Redal, mais c'est son dernier projet marocain. Il se concentre sur d'autres régions en Amérique latine. Son attention est tournée à 90% vers le Brésil Electricidade de Portugal s'apprêterait-elle à se retirer de la Redal? La question est posée et les propos du président du groupe, Francisco Sanchez, à une publication portugaise repris par Reuter, le laissent croire. Le retrait de 30% du capital de la Redal s'expliquerait par l'intention du groupe de se concentrer sur ses investissements à l'étranger et plus particulièrement au Brésil.Au Maroc, les responsables refusent de s'avancer sur cette hypothèse: aucune information dans un sens ou dans un autre n'est avancée. Contacté au Portugal par L'Economiste, une des responsables du groupe, Paola Pinto Cinseca, affirme qu'effectivement, «le groupe s'engage dans une politique à l'international concentrée sur certains pays d'Amérique latine, mais que le retrait du Maroc n'est pas à l'ordre du jour«. L'attention du groupe est tournée en effet à 90% vers le Brésil et à 5% vers l'Argentine et le Chili. Les 5% restants seront concentrés sur l'Europe. Partant de là, l'intérêt pour le Maroc devient secondaire, «mais sur les futurs projets«, précise Mme Paola Pinto Cinseca.Dans la Redal, Electricidade de Portugal est coactionnaire avec Pleiade, une autre société portugaise et Urbaser, une société espagnole. . Les actionnaires de la RedalA cela s'ajoute Alborada, une entreprise marocaine qui a joué un rôle fondamental, mais également contesté au moment des négociations sur l'octroi de la concession.Le capital du groupe luso-hispano-marocain de 400 millions de Dirhams est réparti entre les actionnaires de manière égale pour les étrangers.Côté marocain, il y a Alborada, une société marocaine au capital de 20 millions de Dirhams, présidée par M. Vicente Benedito Gimeno, souvent considéré comme l'homme de paille de M. Hicham Basri, ce que M. Gimeno a démenti. Alborada est spécialisée dans l'ingénierie et le conseil industriel et détient 13% du capital.Côté portugais, il y a deux sociétés qui participent chacune à hauteur de 29% du capital. Electricidade de Portugal est spécialisée dans la production, le transport et la distribution de l'électricité. Ce groupe intervient dans d'autres secteurs d'activité comme la construction, l'exploitation des unités de production d'énergie, l'étude et le conseil aux niveaux national et international. L'autre société est Pleiade. Il s'agit de l'un des principaux holdings portugais et intervient dans divers secteurs d'activité, notamment l'agriculture, l'aéronautique, le plastique industriel, l'exploitation des carrières de marbre, les télécommunications...Côté espagnol, il y a Urbaser, filiale à 100% du groupe Dragados qui détient les 29% restants. Elle est spécialisée dans le domaine de la distribution de l'eau et l'assainissement dans plusieurs villes espagnoles.


    Quelques chiffres sur le contrat

    Le contrat de délégation est conclu pour une durée de 30 ans. Il est entré en vigueur le 1er janvier 1999. Cette gestion permet d'assurer les services pour une population de 1,6 million d'habitants, soit 270.000 clients, répartis sur 21 communes. Après un an et demi de gestion déléguée, sur les 13,7 milliards de Dirhams étalés sur 30 ans, un peu plus de 430 millions ont été investis. Sur l'ensemble de la période, la société s'est engagée à réaliser des réseaux d'ossature et secondaires de 235 km, de desserte de 1.770 km, 15 stations de pompage, 2 émissaires en mer et trois stations de traitement.Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc