×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Elections sans surprise à l’Amith

    Par L'Economiste | Edition N°:3312 Le 05/07/2010 | Partager

    . Incertitudes à l’international, hausse des prix des matières premières et du dollar… les défis . Début d’inflexion positive de l’activité depuis mi-avrilSANS surprise, El Mostapha Sajid et Karim Tazi, qui se sont représentés en binôme aux élections de l’Association marocaine du textile-habillement (Amith), ont été élus respectivement président et vice-président général. Ces derniers ayant été les seuls candidats. A noter que le vote s’est déroulé sans incident sauf que la section nord à boycotté l’opération. Aujourd’hui, le nouveau bureau devra faire face à de nombreux problèmes liés au secteur. «Les incertitudes à l’international persistent toujours», tient à signaler le nouveau président. Ces incertitudes sont liées principalement aux risques de contamination en Europe de la crise grecque et de l’impact des politiques budgétaires d’austérité. Ce qui laisse entendre que l’approvisionnement à partir des pays de proximité devrait, en principe, être avantagé. Autre défi, les difficultés des entreprises de répercuter la hausse des cours des matières premières et du dollar (renchérissant leur approvisionnement) sur leurs prix. Cependant, le nouveau team se veut confiant. «Sur le marché intérieur et grâce aux actions de lutte contre la sous-facturation à l’import, une dynamique de l’investissement est enclenchée. Mais il faudra pérenniser ces actions», note Sajid. Actuellement, le secteur voit venir les premiers signes de reprise. Il s’agit d’un probable réarbitrage en faveur des pays euromed des stratégies d’approvisionnement des donneurs d’odre et de leurs intérêts pour le Maroc. A cela s’ajoute un début d’inflexion positive, depuis mi-avril, de l’activité chez bon nombre d’entreprises marocaines. Quant aux difficultés, elles peuvent être résumées en une trésorerie asséchée par la non-prise d’effet de la reconduction des mesures du plan de soutien (retards administratifs). Ces difficultés portent aussi sur des soucis de capacités issus de l’arrêt d’activités d’un nombre important de sous-traitants de 1er rang et d’exportateurs précaires. Mais ce n’est pas tout, le secteur pâtit d’une pénurie de la main-d’œuvre et de l’incapacité à répondre aux attentes des donneurs d’ordre. Sans oublier les difficultés d’approvisionnement suite aux hausses des cours des matières premières et du dollar. A ce niveau, il faut rappeler que le comité de veille stratégique a décidé de proroger les mesures de soutien jusqu’au 31 décembre. Quant au plan d’action du nouveau bureau, il consiste à préparer une feuille de route pour 2010-2012 autour de l’intégration aux plans sectoriels existants (Emergence, Maroc Export…). «Il s’agit aussi de travailler sur les axes clés de la vision pour l’entreprise TH, relatifs à la compétitivité et à l’économie de mode», ajoute Sajid.J. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc