×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Elections israéliennes
Avoir le courage de se parler
Par Claude SENOUF

Par L'Economiste | Edition N°:2243 Le 28/03/2006 | Partager

Claude Senouf partage son temps entre Casablanca, Paris et le Moyen-Orient. Il réalise des documentaires de télévision et de radios, avec précisément pour spécialité le Moyen-Orient, dont il connaît les méandres palestiniens et israéliens. Il s’est impliqué dans le mouvement des radios libres en France et en Suisse, où il a créé deux stations locales, Klov. Il a monté un site Web, http://www.the-tent.org, où il commente l’actualité proche-orientale et diffuse les vidéos qu’il a réalisées avec les leaders du Proche-OrientLe 28 mars marquera la date des élections en Israël.L’enjeu en est la paix au Moyen-Orient et par conséquent la paix dans le monde. Soutenir un candidat constituerait, comme dit la formule, une «ingérence grossière dans la vie politique israélienne».Quand bien même ce serait le cas, nous nous excusons par avance auprès de ceux qui seraient sans doute à juste titre troublés par notre initiative.Qu’un candidat soit originaire de régions qui sont nôtre, n’a qu’une signification anecdotique et sentimentale.Légendes de grand-mères ou souvenirs ensoleillés de voisinages sereins ne suffiront pas à construire la paix.Pourtant, le modèle, il est vrai unique de ces deux communautés, l’une juive et l’autre musulmane vivant ensemble en harmonie et avec amour est un exemple pour ceux qui tenteraient de s’interroger sur les enjeux spirituels, moraux ou esthétiques de courants de civilisations croisés.Cette mémoire anecdotique prouve qu’il n’y a pas de fatalité à l’affrontement et que les deux entités, que l’on s’efforce de différencier, conjuguent les mêmes rêves.Un militant palestinien a-t-il un projet sociétal différent de celui de son voisin israélien?Ne sont-ils pas tous deux liés aux mêmes valeurs comme:L’éducation et le devenir de leurs enfants, La sécurité de leur environnement, L’attachement à leur terre, La justice, le respect et l’amour de l’autre,La centralité du noyau familial,La référence constante aux valeurs fondatrices de la démocratie.Enfin, un code social régissant en complément du système législatif la force distinctive du sacré et du profane et les valeurs transcendantales de l’esprit.Contrairement à de nombreuses déclarations, dictées par la peur de l’autre, on peut affirmer haut et fort que le plus grand souhait des militants palestiniens est de reconnaître Israël car cela voudra dire qu’Israël les aura reconnus. Pour cela, il faut se parler et avoir le courage de se parler.Ces enjeux participent pour le Maroc d’un exercice complètement naturel.Ceci n’est pas le cas sur le terrain du conflit israélo-palestinien et il faudra sérieusement que l’on songe à exporter ce concept avec plus de vigueur.Vu sous cet angle, notre légitimité à nous, exprimée sur notre propre héritage culturel, devient naturelle.Elle ne doit pas constituer l’apanage et le privilège d’un sérail.Le silence est un crime et la parole un devoir.Notre camp dans ce débat est celui de la justice et de la dignité retrouvée pour l’ensemble de la région. Bien fondés, sont ceux qui luttent contre la corruption et le népotisme, contre l’insécurité et le crime organisé.Bien fondés, sont ceux qui refusent l’injustice sociale.Bien fondés, ceux qui refusent l’ostracisme communautaire complice de la citoyenneté amoindrie.Bien fondés, ceux qui sont prêts à établir sans préalable un dialogue constructif avec leur voisin.Bien fondés, ceux qui comprennent que la sécurité pour Israël et la Palestine est l’espoir pour les deux peuples.Simples d’esprit ceux qui pensent qu’il y a une autre voie que la reconnaissance mutuelle et que l’on peut continuer à se nier sans assombrir son propre horizon.Abraham a béni ses deux enfants et cette bénédiction est notre héritage commun.Ouvrez les yeux, comme ceux de Hejar furent dessillés dans le désert pour voir l’eau jaillir de la source.«Ouajadilhoum billati hiya ahssen», koranoun karim. Portons l’espoir de la parole de paix. Parlons en chaque jour sans cesse dans nos maisons et sur nos chemins au coucher et au lever pour qu’un jour, étonnés, nos enfants pensent que la guerre qu’on leur racontera c’est comme l’ogre ou la sorcière.Ils n’existent pas.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc