×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Elections communales
Marrakech: Une dame à la tête de la ville

Par L'Economiste | Edition N°:3052 Le 23/06/2009 | Partager

. Fatima Zahra Mansouri du PAM remporte la présidence   . Défaite programmée de Omar Jazouli      C’est désormais une femme qui va présider aux destinées de Marrakech. En effet, Fatima Zahra Mansouri a damé le pion, pour ne pas dire battu à plate couture, le président sortant du conseil de la ville, Omar Jazouli. Elue tête de liste féminine du Parti authenticité et modernité (PAM), Mansouri a remporté haut la main les élections pour le poste de président du conseil de la ville ocre. Des élections qui se sont déroulées hier, lundi: 54 voix pour Mansouri contre 36 pour son concurrent à ce poste Omar Jazouli, représentant l’Union constitutionnelle (UC) et maire sortant de la ville. Fatima Zahra Mansouri originaire des Rhamna, comme le fondateur de son parti, le PAM, Fouad Ali El Himma, et fille de feu Abderahmane Mansouri (ancien Pacha de la ville et ambassadeur du Maroc), est pour ainsi dire une nouvelle venue sur la scène politique nationale. Le scrutin du 12 juin 2009 est la première expérience de cette avocate de 33 ans, mariée et mère de deux enfants. Elle sera épaulée par Abdelaziz Banine du Rassemblement national des indépendants (RNI), qui a remporté le poste de premier vice-président, et de Adnane Benabdellah du PAM, membre du bureau et qui a déjà présidé la communauté urbaine de Marrakech dans les années 1990. Dans le bureau du nouveau conseil, on retrouve deux élus du  PJD (Younès Benslimane et Mohamed Larbi Belkaid), le Parti de l’Istiqlal (PI), le Front des forces démocratiques (FFD) ainsi que deux autres membres du PAM. L’élection du maire de Marrakech s’est déroulée sans accroc, comme une lettre à la poste. 91 élus sur les 96 membres du conseil ont été présents le 22 juin. L’absence d’Abdellah Raffouch, un des grands ténors de l’UC et bras droit d’Omar Jazouli, était la grande surprise de cette journée élective. Son fils, Najib, élu du PAM, en revanche, était présent et soutenait visiblement Omar Jazouli. L’autre surprise, le ralliement d’un élu de l’UC à l’alliance menée par le PAM. Comme annoncé par L’Economiste, deux partis se sont disputés le fauteuil de la présidence. Le PAM avec ses 21 sièges qui a constitué une alliance composée du RNI (11 sièges), le PI, le FFD et le PJD, bien que le comité exécutif de ce parti ait exclu il y a quelques jours toute alliance avec le PAM. Cette majorité a été constituée au lendemain de la proclamation des résultats du 12 juin. De l’autre côté, l’UC avec ses 26 élus, soutenue aussi  par quelques sympathisants issus des petites formations. Rappelons que le scrutin du 12 juin 2009 a donné naissance à des résultats en mosaïque avec un conseil issu de plusieurs partis politiques, l’UC et le PAM en tête. Pendant 10 jours, Marrakech a connu une grande effervescence au sein des partis engagés dans la course pour le contrôle de la mairie avec des tractations pour constituer des alliances, parfois même contre nature. B.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc