×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Election américaine: Les jeux pas encore faits

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . Obama toujours en tête dans les sondages avec 49,8%. Un électeur sur cinq se déclare toujours indécisLES candidats à la Maison Blanche accélèrent le rythme de leur campagne. A 14 jours de l’élection présidentielle américaine, le site spécialisé indépendant RealClearPolitics (RCP), qui effectue une moyenne des sondages, attribuait hier six points d’avance au démocrate Barack Obama au niveau national (49,8% contre 43,8%). Obama continue donc de faire la course en tête dans les sondages mais les experts affirment que la course à la Maison Blanche n’est pas encore entièrement jouée. Un retour du républicain John McCain est possible même si, fait remarquer Peter Brown, un responsable de l’institut de sondage de l’université Quinnipiac, «les chances d’un raz-de-marée en faveur du candidat républicain sont très minces». Pour éviter cette déconvenue, Obama exhorte ses partisans à ne pas se démobiliser. «Nous ne devons pas relâcher nos efforts», a-t-il dit lundi dernier lors d’un meeting en Floride (sud-est). Selon les différentes études, environ un électeur sur cinq se déclare toujours indécis ou capable de changer de candidat. Ces électeurs sont l’espoir du camp républicain. «La probabilité la plus forte est qu’Obama remporte l’élection parce que depuis plusieurs semaines il arrive en tête des sondages que nous avons réalisés», dit Frank Newport, un responsable de l’institut Gallup. «Mais les écarts sont assez faibles pour que, compte tenu de la participation, on ne puisse exclure une victoire de McCain», ajoute-t-il. Selon des experts, il faudrait un événement extraordinaire comme une crise internationale majeure ou une attaque terroriste pour inverser la tendance. Au cours de la campagne, les sondages ne se sont pas toujours montrés d’une extrême fiabilité. Ainsi, au début des primaires démocrates, les sondages donnaient pour certaine la victoire de Obama dans la primaire du New Hampshire. Cette primaire a finalement été largement remportée par Hillary Clinton. A ses partisans trop enthousiastes, Obama rappelait récemment: «A tous ceux qui se sentent étourdis, trop sûrs d’eux ou pensent que les jeux sont faits, je n’aurai que deux mots: New Hampshire».J. R.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc