×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Politique

    El Yazghi brigue-t-il la Primature?Entretien avec le 1er secrétaire de l’USFP

    Par L'Economiste | Edition N°:2576 Le 24/07/2007 | Partager

    . Il a renoncé à sa circonscription de Rabat-Océan. La majorité actuelle espère revenir par les urnes. Les partis de la Koutla ont intérêt à présenter chacun ses listesMohamed El Yazghi ne se portera pas candidat aux prochaines élections législatives. Une décision qu’il n’a pas besoin, dit-il, de commenter. Mais, certains y voient des soubassements, voire des calculs, pour se consacrer… à la Primature. Quelque temps avant cette décision, El Yazghi a accordé un entretien à L’Economiste dans lequel il livre ses réflexions sur les enjeux du 7 septembre et, coïncidence, il y est également question de la Primature… - L’Economiste: On ne change pas une équipe qui gagne, avait déclaré à L’Economiste votre collègue au gouvernement et à l’USFP, Fathallah Oualalou, en faisant allusion au bilan du gouvernement. Autrement dit, l’USFP est-elle favorable au maintien du gouvernement actuel, dans sa même composition avec Driss Jettou en tant que Premier ministre?- Mohamed El Yazghi: Les Marocains sont appelés à élire leurs députés le 7 septembre 2007. La majorité actuelle qui est au gouvernement a l’espoir de revenir par les urnes comme nouvelle majorité, du moment qu’elle a un bilan extrêmement positif à présenter. En plus, le peuple marocain est appelé à se prononcer sur les programmes des différentes composantes de la majorité, autrement dit les Marocains sont appelés finalement à élire l’équipe qui gagne.- Des rumeurs circulent pourtant depuis quelque temps à Rabat affirmant que vous êtes trois candidats de l’USFP à la succession de Driss Jettou dans le prochain gouvernement, bien sûr après les élections du 7 septembre: Fathallah Oualalou, Habib El Malki et vous-même. Etes-vous réellement candidat à ce poste?- Les députés hommes et femmes qui seront élus le 7 septembre auront comme tâche première d’élire leur président, de constituer le bureau de la chambre et de choisir les présidents des commissions permanentes. Le Parlement n’a aucun droit de présenter des candidats à la Primature à Sa Majesté le Roi. Seul le Souverain, d’après l’article 24 de la Constitution, désigne son Premier ministre. Lors d’un précédent discours, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a annoncé qu’il désignerait son Premier ministre conformément à la méthodologie démocratique. Le Premier ministre, à ce moment-là, lui proposera les membres du futur gouvernement qui doit présenter son programme devant les deux chambres du Parlement et recevoir l’investiture de la Chambre des représentants.- Le même Fathallah Oualalou a également affirmé qu’«il est difficile aujourd’hui d’envisager la modernité et le progrès sans l’USFP et la Koutla. Autrement, le Maroc pourrait revenir en arrière», partagez-vous cet avis?- L’expérience de l’USFP avec les partis de la Koutla démocratique (Parti de l’Istiqlal et Parti du progrès et du socialisme) et les partis de la majorité (Mouvance populaire, Rassemblement national des indépendants) pendant presque cinq ans a été féconde pour le pays. Le Maroc a beaucoup changé et aspire à plus de modernité, de progrès et de bonne gouvernance.Je crois que les Marocains sont appelés à faire un choix fondamental lors des élections de 2007, l’USFP, avec la Koutla, est dans ce sens porteur de progrès et de solidarité. C’est pourquoi nous avons fait de notre programme électoral un nouveau contrat avec les citoyens. Il s’agit véritablement d’un programme fédérateur, à l’écoute des citoyens, en phase avec son époque et surtout tourné vers l’avenir.- A propos de la Koutla, pourquoi avez-vous abandonné l’idée de candidatures communes?- Vous savez le scrutin de liste à la proportionnelle au plus fort reste, permet à toutes les sensibilités d’être représentées au Parlement. Donc les partis de la Koutla ont intérêt à présenter chacun ses listes composées de ses propres candidats dans les circonscriptions et les listes nationales. Cependant les partis de la Koutla n’ont pas définitivement abandonné l’idée de candidature commune puisqu’ils n’ont pas pris une telle décision. Ce qui a été décidé par l’instance suprême de la Koutla c’est de se réunir après que chaque parti ait fini la procédure démocratique de choix des candidats. A ce moment, on procédera à l’examen de ces candidatures et on évaluera les chances de chacune de ces listes avant d’opter pour l’une ou l’autre.- Quelles sont les chances de l’USFP de réaliser un score meilleur que 2002 dans les législatives de 2007?- Nous avons enregistré avec beaucoup de satisfaction le score des élections de 2002. Aujourd’hui nous nous présentons au peuple marocain pour nous juger sur notre bilan. Et aussi se prononcer sur le choix de société que nous lui proposons pour l’avenir. Nous lui faisons confiance dans ses choix.- Comment expliquez-vous le peu d’engouement des jeunes pour la politique? Au vu du nombre des nouveaux inscrits sur les listes électorales? - D’abord, nous à l’USFP, nous avons toujours au contraire relevé l’intérêt des jeunes pour leur avenir, pour la modernité, pour la démocratie, contre le terrorisme et la haine. Nous avons également, en ce qui nous concerne, enregistré qu’à la veille de son 7e Congrès la Jeunesse Ittihadia a vu le nombre des nouveaux adhérents passer de 7.000 à presque 20.000 membres. Quant au nombre de nouveaux inscrits sur les listes électorales et qui est de plus de 1,5 million, il démontre au contraire beaucoup d’engouement des jeunes pour la chose publique et il reste un signe encourageant pour les prochaines élections.Propos recueillis par J. E. HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc